Sanctuaire Sumiyoshi Taisha   住吉大社

Date de publication :
Pont du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Pont du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Entrée du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Entrée du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Intérieur du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Intérieur du sanctuaire Sumiyoshi Taisha

Trésor national, purement national

Avec une architecture vierge de toute influence continentale, les bâtiments du Sumiyoshi Taisha illustrent le religieux des temps anciens, du temps où le bouddhisme venu de Chine n’avait pas encore bouleversé le style nippon.

En passant le torii de pierre du Shumiyoshi Taisha, rien de bien surprenant. Une enceinte religieuse, le rouge vermillon en fond, là-bas un pont… En somme, le Japon du shintô. Mais voilà : les quatre bâtiments disposés en forme de « L » furent édifiés au IIIe siècle, bien avant que le bouddhisme ne fasse son apparition au Japon et n’influence l’ensemble du style architectural de l’archipel, jusqu’à ses sanctuaires shintoïstes, culte unique enraciné dans le pays. Ainsi se conserve et se développe le style Sumiyoshi-zukuri, dont les imposants édifices religieux ont le toit recouvert de chaume et une structure plus massive, sans décorations ostentatoires. Porte-étendard, le Sumiyoshi Taisha en est le plus célèbre représentant.

La mer en bon présage

L’ensemble du Sumiyoshi Taisha, datant du IIIe siècle et reconstruits à partir du XIXe, classé « Trésor national », est dédié aux quatre divinités kami de la mer et du voyage en mer, de l’agriculture, de la diplomatie et de la poésie waka. L’impératrice Jingu (169-269), connue pour sa conquête de la Corée, y est également vénérée. Autrefois, les commerçants maritimes avaient coutume de faire une halte à Osaka pour prier au Sumiyoshi Taisha, avant de repartir à bord de leur navire.

En plus du Honden, bâtiment principal, le site renferme une collection de sept cents lanternes de pierre – salvateur éclairage dans la brume maritime ? – et un charmant pont en arche dans le parc, le Taiko-bashi. A prêter l’œil, Osaka recèle de perles rares. Et une visite anodine se transforme en… découverte nourrie aux détails précieux.c

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs