Osamu Tezuka manga museum   宝塚市立手塚治虫記念館

Date de publication :
Osamu Tezuka manga museum

Jardin du musée Osamu Tezuka.

Osamu Tezuka manga museum

Exposition des planches de Osamu Tezuka.

Osamu Tezuka manga museum

Hall d'entrée du Osamu Tezuka manga museum.

Dessine-moi un manga

TEZUKA Osamu (1926-1989), le père du manga moderne et pionnier de l’anime, a laissé quelque cent cinquante mille planches de B.D., des longs et courts métrages et des centaines d’épisodes de séries télé qui ont bercé des générations de Japonais. Une somme considérée comme le socle de la culture pop japonaise. A Takarazuka, un musée lui rend hommage. Visite dans l’empire des bulles.

Placé sous le signe de « l’amour de la nature et du respect de la vie », le musée dévoile sur trois niveaux l’univers d’un dessinateur et narrateur hors pair. Mais pourquoi donc à Takarazuka ? 

Proche d’Osaka, la petite ville, originellement connue pour ses sources thermales (onsen), s’est métamorphosée sous l’impulsion du propriétaire d’une compagnie de chemins de fer, un dénommé KOBAYASHI Ichizô (1873-1957). Afin de croître le nombre de passagers, il décide de monter en 1914 un divertissement d’un nouveau genre : un spectacle interprété exclusivement par des femmes flirtant avec les revues parisiennes et la comédie musicale. Cela s’appellera le Takarazuka, aujourd’hui encore très prisé par la gent féminine.

Inspiration omniprésente

TEZUKA, célèbre mangaka (auteur de manga), passe son enfance à Takarazuka. Des échappées belles, futures sources d’inspiration et de sa vision de l’existence. Là, l’été, il collectionne les insectes. La nature, le monde des actrices et des danseuses du théâtre voisin puis la guerre marqueront l’œuvre de l’auteur prolixe.

La visite du musée à l’architecture totalement manga et au parcours ludique révèle le talent du créateur de Dororo, de L’Histoire des Trois Adolf, de La Vie de Bouddha et d’Astro, le petit robot. L’artiste s’ingénie au fil de ses récits à démultiplier les angles de vues, à transcrire dans une succession de cases la grammaire cinématographique avec des gros plans et des travellings. Des espaces présentant dessins originaux et l’intégrale des publications en témoignent. Un atelier pour les plus jeunes, une bibliothèque, des expositions temporaires permettent d’embrasser encore plus le monde du surnommé manga no kamisama, littéralement « le dieu du manga ».

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs