Le temple Inunakisan-Shippôryûji   犬鳴山七宝瀧寺

Date de publication :
Sur la route menant au temple Shippôryûji

Sur la route menant au temple Shippôryûji

Un pratiquant de l'ascèse de la cascade

Un pratiquant de l'ascèse de la cascade

Les moines sous la cascade

Inunakisan-Shippôryûji : "temple du dragon et des sept trésors du mont du chien qui aboie ». Derrière ce nom à coucher dehors se cache un petit temple aux pratiques ascétiques ancestrales.

Situé entre Osaka et le Mont Koya, le temple Inunakisan-Shippôryûji est accessible en moins d’une heure de marche à travers la forêt, sur un chemin parsemé de petits sanctuaires shinto, de statues de divinités bouddhiques et d’autels. Le tout donne au lieu un aspect mystique. A l’automne, les feuillages multicolores rendent la promenade encore plus agréable. 

Le temple fut érigé en 661 par un ascète du nom d’En-no-gyoja, de la secte ésotérique Shingon. Le temple abrite une statue de Fudo-Myoo, divinité bouddhique. Ici, Fudo-Myoo est incarné par un dragon s’enroulant autour d’une épée. Le temple est dédié à ce dragon censé apporter la chance et exaucer les vœux. Très peu de touristes, mais de fervents croyants, viennent y prier.

La légende du "chien qui aboie"

Mais pourquoi donc le "mont du chien qui aboie" ? Une légende locale veut que le chien d’un noble chasseur ait aboyé pour sauver son maître de l’attaque d’un serpent. Malheureusement, les aboiements de l’animal firent rater sa proie au chasseur qui, de colère, trancha la tête de son chien. L'animal continua quand même à aboyer et il finit par sauver son maître. Celui-ci, en repentir, se fit moine ermite et donna ses terres au temple. Les habitants rendirent cette légende inoubliable en nommant ainsi la montagne.

Douche froide

Le temple est célèbre pour sa pratique du Katsuragi shugen-dô, littéralement la "Voie de l’Essai par la Formation dans la montagne." Le shugen-dô, créé par En-no-gyoja, est un ensemble de pratiques ascétiques, plus ou moins ésotériques, pour atteindre "la Voie". De nombreux ascètes viennent au temple Inunakisan-Shippôryûji pour s’y recueillir et surtout y pratiquer "l’ascèse de la cascade" (takigyô). Il s’agit de rester un moment sous l’eau glacée d’une cascade, tout en récitant des soutras, afin de se purifier.

De nombreuses chutes, dont sept très célèbres, arrosent le mont Inunaki et accueillent sous leurs jets glacés les pénitents et autres adeptes. Fait exceptionnel au Japon : au temple Inunakisan-Shippôryûji, cette pratique est ouverte à tous. Le temple propose même des journées d’initiation et à la saison froide, entre novembre et mars, hommes et femmes (dans certains endroits, la gente féminine est bannie de ce genre d’expérience) sont guidés par des ascètes et peuvent faire cette expérience hors du commun. Alors, êtes-vous prêt(e) à vous jeter à l’eau ?

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs