Tobita Shinchi 
   飛田新地

Date de publication :
Une des vieilles batisses du quartier de Tobita Shinchi
Une des rues du quartier de Tobita Shinchi
Tobita Shinchi

Rouge Osaka

Le quartier chaud d’Osaka vit le jour au début des années 1900 pour devenir le plus vaste quartier des plaisirs de l’Ouest du Japon, malgré l’interdiction de la prostitution. Endroit sordide mais authentique, le traverser c'est faire un voyage dans le passé.

Bien que la prostitution soit officiellement interdite au Japon depuis 1958, les activités pratiquées dans le quartier rouge sont sans équivoque.

Les anciennes maisons closes, alignées les unes à côté des autres, ont eu beau s’être officiellement reconverties en "restaurant de cuisine japonaise" (料亭ryoutei), et les dames qui les occupaient déclarées "serveuses", nombre de ces établissements ne font même pas l’effort de cacher leur activité.

Il est donc aisé de voir au rez-de-chaussée, une pièce "vitrine" où une prostituée – en tenue sexy ou encore déguisée (souvent en écolière ou en infirmière) – est exposée, assise sous un violent éclairage. Devant elle se tient une autre femme plus âgée qui racole les passants. Juste à côté de la pièce, se trouve un escalier pour monter à l’étage…

Bienvenue au siècle dernier

Situé dans l’un des quartiers les plus pauvres du sud d’Osaka, coincé entre une cité HLM, un pont routier et une rue commerçante délabrée, Tobita Shinchi est décidément bien sordide…

Cependant, malgré son côté glauque et déprimant, il peut être intéressant d’aller y faire un tour. L’atmosphère y est très particulière et offre un véritable voyage dans le passé.

Ce quartier populaire ayant échappé aux spéculations immobilières, on y retrouve une ambiance de l’ère Taisho (1912-1925) avec de vieux bâtiments qui n’ont subsisté que dans cette partie de la ville. Bien sûr, la plupart sont décrépis mais il existe encore d’anciennes bâtisses en bois avec de très jolies sculptures de vieux panneaux publicitaires ou encore de vieilles lanternes qui éclairent les devantures.

Si bien que la municipalité a fini par s’intéresser à cette architecture du siècle dernier et qu’en 2000, le bâtiment Taiyoshi-Hyaku Ban (鯛よし百番) fut déclaré bien culturel. Construit en 1918 pour abriter une maison close puis reconverti en restaurant en 1970, les vingt et une pièces qui le formaient sont presque comme à l’origine. Ici, rien de la sobriété légendaire de l’architecture et de la décoration japonaises.

On y trouve des imitations de temples, de ponts, de pontons, des sculptures chargées, des peintures murales exubérantes, bref, une décoration foisonnante et un dépaysement assuré.

Ni traditionnel, ni high-tech, à mille lieux des endroits touristiques, Tobita Shinchi, sordide mais authentique, offre une version très différente, mais non moins réelle, de l’image que l’on a du Japon.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs