La ville de Sakai   堺

Date de publication :

Mairie de Sakai

La résidence de Sen no Rikyu se trouvait à Osaka

La résidence de Sen no Rikyu se trouvait à Osaka

Le cycas du Myôkoku-ji

Le Ebara-ji, à Sakai

Le port médiéval

Sakai est une vieille cité marchande située à une quinzaine de kilomètres d'Osaka. Grossie par le commerce, comme sa grande sœur du Kansai, la ville offre au visiteur curieux une histoire antique que l'on peut retrouver au gré des flâneries dans les rues.

Sakai ou le grand commerce

Sakai est une ville idéalement située, en plein milieu du Japon, dans une région qui depuis l'antiquité est le cœur de l'activité des Japonais. 

Durant l'époque troublée de Sengoku (1477 - 1573), elle devint une cité autonome, qui à l'instar de Venise en Europe, prospéra grâce au commerce et fut dirigée par une oligarchie de riches commerçants. 

L'atmosphère de liberté qui régnait à Sakai attirait alors nombre de grandes personnalités de l'époque tel que le moine bouddhiste excentrique Ikkyû. Sen no Rikyû, considéré comme le plus grand maître de cérémonie du thé de l'histoire du Japon, était aussi à l'origine un marchand local.

La cité eut un grand impact sur le jeu politique de l'époque, non seulement du fait de sa richesse, mais aussi en nouant des liens avec les Européens qui débarquaient pour la première fois sur l'archipel. 

Elle accueillit ainsi quelques une de premières manufactures d'arme à feu, avec pour client Oda Nobunaga, qui s'appuya sur ces dernières pour unifier le pays. 

Oda Nobunaga

Oda Nobunaga, le Napoléon japonais.

C'est son successeur Hideyoshi Toyotomi qui finit par mettre fin au pouvoir de la ville en obligeant les marchands à s'installer dans sa ville, Osaka. Depuis, la ville qui a perdu en importance est surtout connue au Japon pour sa la qualité de ses yukatas et de ses couteaux.


L'histoire à tous les coins de rue

La patrimoine de Sakai révèle la vieille histoire de la ville. Le monument le plus connu est évidemment le kofun – tombe en forme de trou de serrure typique du Japon des premières siècles de notre ère - de l'empereur Nintoku, réalisé au Vème siècle. S'étendant sur une longueur de près de 850 mètres et comprenant trois douves, pour une superficie totale de 460 000 mètres carré, il s'agit de la tombe la plus grande de toute la planète.

nintoku kofun

Le tombeau de l'empereur Nintoku est l'une des plus grandes structures existant au monde et rivalise avec la pyramide de Gizeh.

La ville possède plusieurs temples connus. Le moine Gyôki, grande figure de l'époque Nara, a ainsi fondé à Sakai le temple Ebara, où de nos jours encore les étudiants vont déposer leurs vœux de réussite dans un mouchoir qu'ils pendent aux murs du temple.

L'autre grand temple de la ville est le Myôkoku-ji, un des plus grands édifices religieux de la secte bouddhiste Nichiren où l'on retrouve le Grand Cycas du Japon, un arbre vieux de plus de 1100 ans, monument naturel du Japon depuis 1923, et qui aurait été presque détruit par Oda Nobunaga avant d'être rendu au Myôkoku-ji. 

Le temple est aussi le lieu de l'incident dit de Sakai où, en 1868, des samouraïs japonais durent se faire seppuku pour se faire pardonner d'avoir tuer plusieurs marins français.

Enfin, pour les amateurs de cérémonie du thé, les ruines de la maison de Sen no Rikyû sont ouvertes aux visiteurs, avec le jardin au fond duquel se trouve le fameux puits aux camélias.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs