Le mont Yôtei   羊蹄山

Date de publication :
Le Mont Yôtei s'élève derrière les arbres en fleurs, près du village de Kyôgoku

Le Mont Yôtei s'élève derrière les arbres en fleurs, près du village de Kyôgoku

Le tournesol est l'emblème du village de Kyôgoku

Le tournesol est l'emblème du village de Kyôgoku

Le Mont Yôtei rappelle par sa silhouette le Mont Fuji

Le Mont Yôtei rappelle par sa silhouette le Mont Fuji

Le Mont Yotei à Niseko

Le Mont Yotei à Niseko

Le mont Fuji de poche

Le mont Fuji est unique. Mais à travers l'archipel on peut retrouver quelques montagnes que la nature s'est délicatement amusée à dessiner sur le modèle du grand volcan. C'est le cas du mont Yôtei, éminence du sud de l'île de Hokkaidô, à quelques encablures du lac Toya.

La nature sauvage, à deux pas

Le mont Yôtei n'est qu'à 80 kilomètres de la capitale de Hokkaidô, à savoir Sapporo. Une distance assez faible quand on est en goguette sur l'île septentrionale. 

La montagne appartient par ailleurs au parc Shikotsu-Toya, élevant ses flancs escarpés à mi-distance des deux magnifiques lacs de la région.

Avec une altitude de 1898 mètres, la montagne, inscrite sur la liste des 100 montagnes les plus célèbres du Japon, n'apparaît pas au premier abord particulièrement impressionnante. 

Mais sa position isolée aux milieu de vallées et de plaines (dont celle de Kutchan où sont cultivés les pommes de terre du même nom) qui ne dépassent pas les 300 mètres au-dessus du niveau de la mer offre un contraste saisissant. 

Le mont Yôtei vu de Hirafu

Avec son cône régulier, et le sommet enneigé lors de la saison hivernale, le mont Yôtei semble un autre mont Fuji, une parenté qui lui a valu le surnom d'Ezo Fuji (Ezo étant le nom antique de Hokkaidô).

Kitsune de Hokkaidô

Les plus belles randonnées du Mont Yôteik

L'ascension du mont Yôtei est assez accessible, et permet de traverser des paysages très divers, allant de la forêt primaire à la base en passant par une forêt de bouleau et allant jusqu'aux plantes alpines aux environs du sommet. 

Par ailleurs plusieurs espèces endémiques de Hokkaidô gîtent dans le coin, tels que le kitakitsune (renard du nord), le ezo usagi (lapin d'Ezo) ou le ezo momonga (l'écureuil volant d'Ezo).

Pour les randonneurs, il existe quatre chemins qui mènent aux sommets :

  • le chemin Kutchan, qui est le chemin le plus populaire, et qui permet notamment de passer par le lac Hangetsu. Ce trail qui traverse la forêt permet de rejoindre le sommet en environ 5 heures
  • le chemin Makkari, conseillé notamment pour ceux qui souhaitent effectuer la randonnée en ski en hiver, du fait de ses pentes relativement douce.
  • le chemin Kyôgoku, d'une difficulté à peu près similaire à celui de Kutchan et qui amène en haut du mont en 4-5 heures.
  • le chemin Kimobetsu, qui est à la fois le sentier le plus rapide du circuit mais aussi le plus compliqué, à éviter lors d'une mauvaise météo.

À noter que le trek ne peut se faire qu'en été et en automne. Par ailleurs il n'est pas possible de se réapprovisionner en eau en court de route, il faut dont emporter les réserves nécessaires à cette petite excursion. Sur la montagne, un refuge est ouvert entre juin et octobre et y passer la nuit coûte 1000 yens (environ 8 euros).

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs