Le parc national de Daisetsuzan   大雪山国立公園

Date de publication :
Randonnées au sommet du Mont Asahi

Randonnées au sommet du Mont Asahi

Entre terre et ciel, les charmes du parc national de Daisetsuzan

Entre terre et ciel, les charmes du parc national de Daisetsuzan

Le parc national de Daisetsuzan en hiver

Le parc national de Daisetsuzan en hiver

La délicate herbe à coton du parc Daisetsuzan

La délicate herbe à coton du parc Daisetsuzan

Les fleurs alpines parsèment les prairies des plateaux du parc Daisetsuzan

Les fleurs alpines parsèment les prairies des plateaux du parc Daisetsuzan

Le Mont Kuro à l'automne

Le Mont Kuro à l'automne

Le Mont Kuro, l'un des sommets du Parc Daisetsuzan

Le Mont Kuro, l'un des sommets du Parc Daisetsuzan

La flore du parc Daisetsuzan

La flore du parc Daisetsuzan

Boire un cocktail glacé sur le lac Shikaribetsu

Boire un cocktail glacé sur le lac Shikaribetsu

Le jardin des dieux

Au cœur de l'île d'Hokkaido, plus de 220 000 hectares de nature indomptée promettent au visiteur une sortie hors du temps, hors du monde. Cette promesse porte le nom de Daisetsuzan. 

Le parc de Daisetsuzan (ou Taisetsuzan pour les locaux) est un écrin de nature vivifiante, parcouru par des dizaines de volcans, de nombreuses cascades et de vaste étendues vertes parsemées de fleurs alpines au printemps. La réputation sauvage de l'île n'est plus à faire.  Avec six parc nationaux, elle est une destination privilégiée des amoureux de la nature, de randonnées et de sports d'hiver. Le parc Daisetsuzan est devenu le plus grand parc national du Japon depuis sa création en 1934. En le parcourant, vous pourrez observer une faune et une flore spécifiques au lieu, dont le fameux hibou de Blakiston, l'un des plus grand hibou au monde pouvant atteindre 70 centimètres. Ce hibou appelé par les Aïnous (peuple aborigène de l'île) "Kotan koro kamui", est considéré comme le dieu protecteur de ce large territoire. Côté flore, plus de 250 variétés de fleurs alpines font vibrer les prairies d'une multitude de couleur au printemps. 

De par sa vaste étendue, le parc peut être découpé en trois zones distinctes.

Lire : La minorité Aïnoue

La zone Omote Daisetsuzan : le toit d'Hokkaido

L'accès à Omote Daisetsuzan, zone la plus au nord, se fait par la ville d'Asahikawa et les deux onsen qui lui sont proches : le onsen Sounkyo et celui de Asahidake. Ici, les départs de randonnées sont nombreux. Ce secteur, très prisé des visiteurs, renferme non moins d'une quinzaine de pics volcaniques dont le plus haut, le Mont Asahi culmine à 2 291 mètres d'altitude. Ce qui lui doit d'être surnommé le "toit d'Hokkaido".  Pour découvrir toute la splendeur du lieu, voici quelques idées de randonnées.

  • Idée de trail 1 : objectif le mont Kuro

Du onsen Sounkyo, vous pourrez emprunter le téléphérique puis les remontées mécaniques pour grignoter un peu de temps de trajet en direction du mont. L'ascension peut également se faire à pied, comptez alors entre 1h30 et 2h30 de marche, selon votre entraînement. Après une pause et une nouvelle heure de marche, vous serez arrivé(e). Alors que les nuages vous enveloppent délicatement, les crêtes avoisinantes et le parterre de fleurs sauvages vous accueillent au sommet du mont Kuro, à plus de 2 000 mètres d'altitude. Si finalement ce spectacle vous incite à continuer votre aventure, sachez que vous pourrez rejoindre le Mont Asahi, qui se situe plus au sud. En un peu moins de deux heures de temps, vous arriverez à l'observatoire du cratère Ohachidaira. Puis, destination le téléphérique qui vous rapprochera du mont Asahi. Prévoyez plus d'une journée pour faire ce grand tour.

  • Idée de trail 2 : objectif le Mont Asahi

Si votre intérêt porte sur le toit d'Hokkaido, gagnez du temps en débutant votre randonnée depuis le onsen Asahidake. Après un bain en guise de mise en jambe, empruntez le téléphérique de la station Sanroku jusqu'à l'arrêt Sugatami. À la suite de quoi, trois heures de marche au milieu des fumerolles, des odeurs de soufre, le tout sur un sentier rocailleux vous attendent pour vous mener au sommet tant convoité, à plus de 2 200 mètres d'altitude.

Ces chemins de randonnées sont très appréciés à l'automne lorsque la végétation revêt son manteau de feu. En effet, le Parc Daisetsuzan est le premier à connaître le kôyô ou feuilles rouges, dès la mi-septembre.

  • Idée trail 3 : le jardin des dieux

Toujours dans la zone Omote Daisetsuzan, mais plus au sud vers le Mont Tomuraushi, s'ouvre un vaste plateau recouvert de milliers de fleurs qui s'étendent à perte de vue. Les Aïnous ont surnommé ce lieu "Kamuimintara" signifiant le jardin des dieux. Par sa beauté envoûtante, il ne fait aucun doute qu'il fut, au moins pour un temps, le lieu de détente des dieux indigènes. L'expédition jusqu'au mont Tomuraushi demande de passer une nuit en plein air. Soyez vigilants, les refuges ici sont plus rares que dans les Alpes japonaises. Si vous êtes munis d'une tente, sachez que le camping est autorisé dans certaines zones. Un conseil : renseignez-vous auprès des nombreux points touristiques avant votre aventure.

La zone du Mont Tokachi : de l'eau en cascade

Située au sud-ouest, cette zone est composée d'une chaîne volcanique dont la succession de crêtes et de canyon profonds tranche avec le relief plus nuancé du nord. Depuis les plaines adjacentes, vous aurez une vue imprenable sur ces montagnes vertigineuses. 

Au sud, les sentiers de randonnées naissent à proximité de la ville de Furano. Non loin, une série de cascades le long de la rivière Nunobe offre une fraîche alternative au paysage montagneux. D'ici, vous pourrez rejoindre le Mont Furano, inactif depuis quelques années et accessible depuis le onsen Tokachidake. Arrivé(e) au sommet, la plaine de Genshigahara vous garantit un spectacle saisissant : une vaste zone humide s'ouvre devant vous, ponctuée de conifères et d'herbe à coton, légère et fragile, balayée par le vent. Si vous voulez prendre de la hauteur, gravissez le Mont Tokachi qui culmine à plus de 2 000 mètres d'altitude. Son sommet formé à partir de lave volcanique offre une vue dégagée sur l'ensemble de la chaîne.  

La zone Higashi Daisetsu : le village de glace

Pour finir ce tour, rendez-vous plus à l'est, dans la zone Higashi Daisestu. Accessible par la route nationale 273 ou par le train depuis la station JR Obihiro ou Shintoku, cette partie du parc est notamment appréciée pour ces lacs : le Shikaribetsu et le Nukabira.

À la belle saison, les promenades au bord du lac Shikaribetsu reposent l'esprit dans un cadre idyllique. Les virées en canoë ou en bateau de croisière sont également envisageables.

En hiver, changement de programme, le lac gelé devient la scène d'un événement original : le festival Shikaribetsuko Kotan, qui se déroule de janvier à mars. Le principe ? Un village éphémère de neige et de glace à même le lac ! Ici, pas de simples igloos un peu bancals, non... Les bâtiments sont de véritables œuvres d'art architecturales. Des chapelles aux vitraux sculptés à la salle de concert munis de bancs glacés, de nombreuses activités sont proposées pour que votre séjour soit des plus singuliers. Sans oublier le bar où vos boissons sont servies dans des verres de glace ou le rotenburo, onsen en extérieur, qui réchauffera votre corps et votre cœur tout en profitant d'une vue splendide sur la nature environnante.

Lire aussi : Yuki matsuri, le festival de la neige

Le parc Daisetsuzan est un véritable trésor au cœur d'Hokkaido, à découvrir sur plusieurs jours si vous avez du temps. À chaque période son intérêt. Sachez que les parcours de randonnées sont peu difficiles mais ils peuvent être longs et fatigants. De plus, en hiver, mieux vaut prendre ses précautions et vérifier que tous les sentiers sont praticables. Méfiez-vous également de l'ours brun qui traine ses quelques centaines de kilos dans les forêts, à la recherche de nourriture. Le bruit d'une clochette accrochée à votre sac le gardera à distance.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs