Visiter Hiraizumi   平泉

Date de publication :
Temple Takkoku noIwaya, Hiraizumi

Temple Takkoku noIwaya, Hiraizumi

L'étang Oizumi ga ike du temple Motsuji, Hiraizumi

L'étang Oizumi ga ike du temple Motsuji, Hiraizumi

Chuson-ji, le bâtiment abritant Konjiki-do

Chuson-ji, le bâtiment abritant Konjiki-do,

La ville de "la Terre Pure"

Ancienne cité prestigieuse choisie en 1105 par le puissant clan Ôshu Fujiwara pour asseoir son pouvoir dans le nord du pays, Hiraizumi fut réduite à néant en 1189 par Minamoto No Yoritomo, le fondateur de l’ère Kamakura (1185-1333). En 2011, la ville prit sa revanche sur l’Histoire en devenant classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Dans le temple Chuson-ji

Dans le temple Chuson-ji

La ville fut fondée selon la cosmologie du bouddhisme de la Terre Pure, Jôdo, un courant bouddhiste japonais qui s’est formé au VIIIe siècle. Temples, bâtiments et jardins représentaient la Terre Pure de Bouddha, dans ce monde et dans celui de l’au-delà.

Lire : Le bouddhisme au Japon

Au pays de l’or

  • Le temple Chuson-ji

Niché au cœur d'une forêt, Chuson-ji, de la secte bouddhiste Tendai,  a été fondé en 850 par le clan Fujiwara. De la  quarantaine de bâtiments qui faisaient sa splendeur, seuls le Konjikido et le Kyozo ont survécu. Le Konjikido, ou pavillon d'or, date de 1124. Afin de protéger cet édifice couvert d’or à l’intérieur comme à l’extérieur, on l’a mis à l’abri dans un bâtiment. Le pavillon d'or est dédié au Bouddha Amitabha (Amida Nyorai en japonais), le bouddha de la lumière infinie. Dans la pièce intérieure (naijin) sous l’autel central, reposent les restes de trois grands chefs de la famille Fujiwara, Kiyohira, Motohira et Hidehira. Le Kyozo, ou pavillon des sutras, a été construit en 1122 pour abriter les textes des prières bouddhistes. Si le bâtiment est resté intact, les sutras sont désormais conservés dans le musée des trésors, Sanzoko, qui abrite également de magnifiques statues bouddhiques et des objets ayant appartenu à la famille Ôshû Fujiwara. Le domaine du temple abrite également  une superbe scène de nô située en plein air qui a été reconstruite à l’authentique en 1853.Sur une distance d’environ 1 km, différents chemins  donnent accès aux divers bâtiments à travers la forêt.

Accès : à 5 min en bus ou 25 min à pied de la gare de Hiraizumi.


Lire aussi : La statuaire bouddhique au Japon

Bambouseraie du Chuson-ji

Bambouseraie du Chuson-ji

Le temple Môtsû-ji

Le temple Môtsû-ji

Le paradis sur terre

  • Le temple Môtsû-ji

Ce temple fondé en 850, son célèbre jardin et l’étang ont été agencés pour former un ensemble parfait censé symboliser le paradis selon les concepts du bouddhisme de la Terre Pure. Ce genre de jardin était très populaire à l’ère Heian (794-1185) mais celui de Môtsû-ji est le seul qui ait subsisté jusqu’à nos jours. C’est également le seul élément d’époque de  Môtsû-ji, tous les bâtiments du temple ayant brûlé lors de conflits ou d’incendies accidentels.

Le jardin a été construit autour d'un grand étang, Oizumi ga ike, composé de deux îles et quatre presqu'îles sur ses rives  sud. Sur la partie nord de l'étang, se trouvent les ruines d'un pavillon. L'île centrale est en forme de virgule. La rive, avec sa plage, ses péninsules et ses rochers, est censé représenter des côtes maritimes. C’est un véritable trésor qui a traversé les siècles et les tourmentes et sa conservation presque parfaite a contribué à l’inscription de Hiraizumi au patrimoine mondial de l'Unesco.

Voir : Les sites de l'Unesco à Okinawa

Outre le jardin, la promenade dans le domaine du temple donne aussi à voir de nombreux vestiges attestant de sa grandeur et de son importance passées. La gloire éphémère du site a d’ailleurs inspiré Matsuo Basho, célèbre poète de haiku qui en 1689 écrivit à propos de Hiraizumi : "Trois générations de gloire se sont évanouies en l'espace d'un rêve..."

Accès : à 7 min à pied de la gare de Hiraizumi.

Les Japonais : un peuple de guerriers

Le temple Takkoku-no-Iwaya Bishamon-doa été partiellement construit à même le flanc d’une falaise. Il fut construit au IXe siècle, au début de l’ère Heian, pour commémorer la victoire des forces du gouvernement japonais sur la tribu indigène du nord, les Emishi. Il est  dédié au dieu des guerriers : Bishamon. Le temple a été réduit en cendres plusieurs fois et le bâtiment actuel date de 1961. Il a été copié sur le temple Kiyomizu de Kyoto. Il ne reste que 33 des 108 statues de Bishamon et ces dernières ne sont montrées au public que tous les 33 ans. Pour ceux qui auront la patience d’attendre : la prochaine exposition aura lieu en 2043 !

Près de ce site  s'élève un immense rocher  sur lequel se trouve une gravure représentant le bouddha Dainichi-Nyorai. Cette sculpture daterait de la fin du XIe siècle.

Accès : à 15 min en taxi de la gare de Hiraizumi.


Hiraizumi

Hiraizumi

Takkoku no Iwaya 2
Le lac du temple Môtsû-ji

Le lac du temple Môtsû-ji

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs