Shizuoka   静岡

Date de publication :
Le luxe de l'époque Momoyama

Autel shinto du Toshogu de Kunozan.

Le mont Fuji depuis la plage de pins de Miho, préfecture de Shizuoka

Le mont Fuji depuis la plage de pins de Miho, préfecture de Shizuoka

champs thé shizuoka

Les champs de thé vert de Shizuoka au printemps

Le pays du thé vert

Étendue au pied du Mont Fuji, Shizuoka fut l’ancienne patrie d'Ieyasu Tokugawa (1543-1615) dont l’ombre plane toujours sur la ville. Elle cultive aujourd’hui l’art de vivre japonais dans une nature généreuse. Un havre de paix recelant quelques perles à seulement une heure de Tokyo.

Détail du Kunôzan Toshogu à Shizuoka

Détail du Kunôzan Toshogu à Shizuoka

La patrie d'Ieyasu Tokugawa

Le fondateur du shogunat d’Edo (1604-1868), Ieyasu Tokugawa (1543-1615) avait élu Shizuoka comme sa patrie. L’année 2015 y a été particulièrement chargée pour le 400e anniversaire de sa mort. Le Sumpu kôen est aujourd’hui situé sur les ruines de son château, désormais parc d’agrément aux nombreux cerisiers. Chaque année son souvenir est célébré lors du Shizuoka Matsuri (1er samedi d’avril). C’est sur la colline de Nihondaira, dominant le littoral, que l’on trouvera la perle de Shizuoka : le temple de Kunozan Toshogu, qui fut le premier lieu de repos éternel d'Ieyasu. Le temple arbore le même luxe que son grand frère de Nikkô dont il est une réplique, ou plutôt l’original puisque le grand homme y reposa d’abord avant d’être déplacé à Nikkô.

Lire : Nikkô Toshogu, le mausolée du shôgun

Toute la gloire du mont Fuji depuis le Tôkaidô

Délaissée par l’histoire après la disparition d’Ieyasu, la ville de Shizuoka n’en resta pas moins une des étapes importantes de la route du Tôkaidô, conservant à Arai une des fameuses barrières permettant de contrôler les voyageurs, ainsi qu’une des auberges destinées aux seigneurs se rendant à Edo. Plusieurs portions de la Tôkaidô peuvent être encore pratiquées aujourd'hui, certaines offrant de magnifiques paysages. La promenade sous les pins de la plage de Miho (Miho no Matsubara) est célèbre pour sa vue du mont Fuji dans toute sa splendeur, paysage immortalisé en son temps par Hiroshige (1797-1858). Un agréable petit musée lui est d'ailleurs dédié.

Lire aussi : Mont Fuji, jusqu'à la 5e station

Ville de Shizuoka : un pays de l’eau et du thé

Une autre des marques de Shizuoka est sa richesse naturelle et en particulier ses chutes d’eau. Les plus remarquables sont les chutes de Shiraito, sur le mont Fuji, et celles d’Otome, toutes deux hautes d’une centaine de mètres. Shizuoka est également réputée pour son thé vert. Son paysage est marqué par les champs de thé à perte de vue couvrant les collines et les montagnes alentours. De nombreuses échoppes permettent de déguster ce breuvage miracle ou de participer à des cérémonies du thé.

À lire : Le marché aux poissons de Tsukiji

Une visite à Shizuoka ne serait pas complète sans passer par la baie de Suruga et ses délices, disponibles chaque jour sur le marché aux poissons de Shimizu. Ce dernier est bien moins fréquenté que le marché de Tsukiji à Tokyo, mais ses produits y sont tout aussi savoureux et frais. Il est de coutume d’admettre que Shizuoka offre une des meilleures qualités de vie de tout l’archipel. Une région sereine, riche et attachée aux arts traditionnels, qui attirera immanquablement les personnes désireuses de visiter le Japon en levant le pied.

Pour aller plus loin :