Le Sanuki Toyohama Chôsa Matsuri   さぬき豊浜ちょうさ祭

Date de publication :
Le Sunaki Toyohama Chosa Matsuri

Le Sunaki Toyohama Chosa Matsur

Le festival des chars d'or de la ville de Kan'onji

Tous les deuxièmes week-ends d’octobre, la ville de Kan'onji dans la préfecture de Kagawa organise un festival de chôsa, trois jours de festivités qui mettent à l'honneur les chars traditionnels utilisés pour transporter les taiko lors des matsuri. Pour l'occasion, les habitants arpentent les rues de la ville munis de 23 chôsa en direction du sanctuaire de Toyohama. Une tradition vieille de plus de 150 ans, qui enchante chaque année de nombreux visiteurs venus expressément sur l'île de Shikoku pour admirer ces chars faits d'or et d'argent.

23 chars de 14 mètres de long

Utilisés à l'origine pour transporter les taiko (tambours japonais traditionnels) lors des festivals, les chôsa sont d'énormes chars en bois de 14 mètres de long sur 5 mètres de haut qu'on décore à outrance.

Originaires de Kyoto, ces mastodontes ont rapidement su conquérir le cœur des Japonais. Et très vite, ils ont dépassé les frontières de l'ancienne capitale, tant et si bien qu'on les retrouve aujourd'hui dans de nombreux événements organisés aux quatre coins de l'archipel.

Tour à tour porteurs de taiko, transporteurs de mikoshi (temples shinto portatifs), ou simples moyens de locomotion pour les décorations lors des parades, les chôsa sont un incontournable des festivals japonais depuis plus de 150 ans ! Et notamment dans la petite ville de Kan'onji qui organise chaque octobre un festival en leur honneur.

Défilé de chosa à Kan'onji

Défilé de chosa à Kan'onji

Afin de protéger Kan'onji des fléaux qui peuvent la toucher, 23 chars sont portés dans toute la ville jusqu'au sanctuaire Toyohama Hachiman, un lieu de prière situé à deux pas des bords de la mer intérieure du Japon. Pendant trois jours, c'est donc en musique que les habitants de Kan'onji font défiler les chars que chaque arrondissement a soigneusement préparés pour les festivités.

Un chosa fait d'or et d'argent

Un chosa fait d'or et d'argent


En effet, chaque quartier customise son char à sa guise. Et plus ce dernier est habillé, mieux c'est !

Sculptures, lanternes, décorations en tout genre, tout est bon à prendre pour que son char soit le plus beau de tous. Une compétition difficile, puisque les chôsa de Kan'onji ont une petite particularité : ils sont tous ornés d'or et d'argent !

À lire : Le festival Sannô de Takayama

Afin de départager les quartiers, une compétition de Kakikurabe a même lieu le dernier jour du festival en direction du sanctuaire de Ichinomiya.

L'unique règle à respecter ? Chanter et danser pour mettre en avant la beauté de son chôsa tout en soulevant ce dernier le plus haut possible. Une épreuve impressionnante, quand on sait que le poids moyen de ces beaux bébés avoisine les 2 tonnes !

Exemple de Kakikurabe

Exemple de Kakikurabe

Et des représentations en tout genre

Mais le Sanuki Toyohama Chôsa ne se résume pas qu'aux chars ! Lors du festival, d'autres représentations sont également au programme, à l'image de la célèbre danse du lion ou de la cérémonie du Funatogyo.

Moyen d'apporter bonne fortune aux pécheurs qui vivent de la mer intérieure, la cérémonie du Funatogyo est l'un des événements majeurs du matsuri.

Le dernier jour des festivités, le mikoshi du sanctuaire de Toyohama est déposé sur un petit bateau. À son bord, danseurs et chanteurs assurent le spectacle pour le plus grand plaisir des festivaliers. Le bateau parcourera ensuite les côtes de Kan'onji pour protéger la ville sur terre comme sur la mer.

Pour aller plus loin : Les matsuri, festivals japonais

Préparation pour le funatogyo

Préparation pour le funatogyo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs