L'île d'Ibukijima   伊吹島

Date de publication :
Vue sur Ibukijima

Vue sur Ibukijima

Une île pas comme les autres

Située à 10 km de la côte ouest de la préfecture de Kagawa, Ibukijima est l’île la plus éloignée des terres et la plus à l’ouest de l'île de Shikoku. Ibukijima est une île minuscule mais c'est capitale pour la production de sardines et d’anchois. Elle participe à l'édition 2019 de la Triennale de Setouchi.

Une île unique en bien des points

Son éloignement contribua au développement d’une culture et d’un dialecte uniques. Les habitants de l’île parlent en effet une langue très proche du japonais parlé à l’époque Heian (794-1185), faisant de ce dialecte un sujet d’études linguistiques. 

Ibukijima a également une configuration particulière : elle est formée par un plateau incliné en haut duquel on a construit le village, Ibukicho, petite bourgade au charme désuet tissée d’étroites allées. Ça et là, des maisons ou des écoles abandonnées témoignent de la désertification du lieu, malgré son activité de pêche importante. Pour autant, le village abrite quelques temples et sanctuaires shinto, dont le sanctuaire Ibuki Hachimangu, situé au centre de l’ile. 

Ibukijima

Ibukijima

Du village, on a de très belles vues sur les environs. Quelques vieilles échoppes et restaurants lui donnent un semblant de vie, l’activité se trouve en bas, au bord de la mer.

Tout le long de ses côtes, des usines transforment et sèchent les sardines et anchois pêchés aux alentours, faisant de cet ilot d’1,05 km2 et de 5,4 km de circonférence, le premier producteur de sardines et d’anchois du Japon. C’est notamment avec les poissons séchés d’Ibuki que l’on fabrique le fameux niboshi dashi.

Ibukijima et la Triennale de Setouchi

L'île d'Ibukijima sera un lieu d'exposition pour les oeuvres de la Triennale de Setouchi, un festival d'art contemporain ayant lieu tous les trois ans dans la mer intérieure de Seto. La saison de la pêche battant son plein de juin à août, Ibukijima ne participera qu’à la session d’automne, du 28 septembre au 4 novembre. Mais en général, les œuvres exposées à l’extérieur peuvent être admirées tout au long de l’année. Pour l’édition de 2019, Ibukijima accueillera des œuvres de l’artiste indonésien Eko Nugroho et du japonais Takashi Kuribayashi.

Les oeuvres accessibles toute l'année :

  • House of Toilets (La Maison des toilettes) créée en 2013 par l’artiste japonais Daigo Ishii. Comme son nom le laisse à penser, cette œuvre abrite des toilettes publiques ! Mais quelles toilettes !

  • Unsinkable Ship (Le Navire insubmersible) de Ryo Toyofuku et la Chiba Art School (2013). Installée dans plusieurs salles d’une ancienne école primaire, cette œuvre étrange est formée, entre autres, d’environ 50 000 flotteurs fabriqués par Ryô Toyofuku avec l’aide de l’Ecole d’Art de Chiba et des habitants d’Ibukijima et de Kanonji. Flotteurs, cordes, filets, une allégorie de la mer complètement déjantée.

  • Iriko Retreat (le refuge de sardines séchées). Cet abri a été construit en partie avec des plateaux sur lesquels on met les sardines à sécher. On y trouve des éléments d’architecture propres à l'île : le toit en tuiles, les avant-toits et les murs en pierre. Cette œuvre a été réalisée en 2016 par le groupe Mikan (Kiwako Kamo, Masashi Sogabe, Masayoshi Takeuchi et Manuel Tardits) et des étudiants de l’université Meiji.

  • Legend of Ibuki Island Drift (La légende de la dérive d’Ibukijima) : Jeu vidéo créé en 2016 par Contact Gonzo : une manière virtuelle de traverser les ruelles de l’île en scooter.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs