Musée Chichû   地中美術館

Date de publication :
L'invisible Chichû

Le Chichû est enterré et ne déforme pas le paysage de Naoshima

La partie émergée du Chichû

Seule une petite partie du Chichû reste émergée, celle-ci accueille une cafétéria.

Time/Timeless/No Time

Bois, granite, et jeux de lumières, voilà l'esprit de l'oeuvre de Walter de Maria crée spécialement pour ce musée.

L'extérieur du Chichû

Selon la volonté de Tadao Ando, le Chichû mêle terre, air et pierre : le béton brut.

Beautés sous terre

Musée enfoui dans une colline de Naoshima qui pourtant est toujours baigné de lumière naturelle, le Chichû jongle entre les paradoxes pour mieux révéler la beauté de l’art.

Créé en 2004 par Tadao Ando à l’initiative de la fondation artistique de Naoshima, le musée Chichû pousse plus loin encore l’entreprise de mise en valeur de l’île de Naoshima commencée il y a plus de vingt ans par l'homme d'affaires et collectionneur d'art, Fukutake.

Avec le Chichû, l'architecte Tadao Ando cherche à révolutionner la relation entre public, œuvres d’art et nature, en créant un musée qui s’intègre à l’espace naturel sans le bouleverser tout en permettant aux visiteurs d’y admirer les œuvres mises en valeur par la lumière naturelle. Ce musée reste cependant dans le style de Ando : matières brutes non peintes et fusion entre terre, air et eau.

La particularité du Chichû est qu’il peut être considéré comme une œuvre d’art en lui-même car la recherche architecturale mais surtout scénographique y est extrêmement poussée puisque le musée a été créé pour accueillir les ouvres qui y sont exposées. Il se caractérise par des matières à la fois brutes et travaillées, naturelles et artificielles, intégrées dans le cadre naturel et contrastant avec celui-ci.


Gigantesque minimalisme

Tous en chaussons pour visiter ce musée aux allures un peu carcérales ! Les gardiens y sont en effet bien présents pour qu'ils n'hésitent pas à vous rappeler qu'il est interdit de prendre des photos dans le musée. Seule rançon du succès, le Chichû est assez fréquenté mais cela ne dérange que peu le visiteur car les pièces valent la visite.

Les collections permanentes présentent trois œuvres simultanément : ici on a plutôt privilégié la qualité que la quantité.

Les Nymphéas et Étang de nymphéas de Claude Monet viennent majestueusement accueillir les visiteurs du Chichû, étonnement éclairés par une lumière naturelle qui vient se poser de manière détournée sur les œuvres.

Viens ensuite Open Sky de James Turrel qui réussit à dérouter le spectateur par un surprenant jeu avec la lumière. Enfin Time/Timeless/No Time de Walter De Maria consiste en une gigantesque boule de granite posée au milieu d’une salle conçue pour l’accueillir.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

chichu

extraordinaire lien entre l art et la nature