L'île de Teshima   豊島

Date de publication :
Le Teshima Art Museum

Vu de l'extérieur, le musée a presque l'air d'un cratère naturellement formé par le temps.

Le Teshima Art Museum

Les murs en béton polis du musée rappellent celui créé par Tadao Ando sur Naoshima.

Le Teshima Yokoo Museum

Au Teshima Yokoo Museum, l'illusion d'optique est reine.

La Shima Kitchen de Teshima

Cuisine et art cohabitent à la Shima Kitchen.

Où l’art prospère

Si Naoshima signifie "l’île agréable", Teshima est, elle, dénommée "l’île prospère" car ses habitants y vécurent longtemps dans l’opulence grâce à la production de pierres ornementales. Aujourd’hui paisible et bucolique, elle fait partie du projet d’intégration de l’art dans la nature.

L’art contemporain envahit peu à peu toutes les îles de la mer de Seto : l’île de Teshima, à l’est de Naoshima, est la dernière née du grand projet artistique de la Benesse.

À bon port

La majorité des visiteurs arrivent par le port d’Ieura, depuis lequel on peut louer des vélos ou embarquer dans un bus à destination d’un des trois lieux d’exposition de l’île. À Ieura, on trouve la Teshima Yokoo House qui abrite les œuvres très colorées et parfois inattendues du peintre Tadanori Yokô. Une autre maison abrite l’œuvre Il Vento où l’artiste Tobias Rehberger s’est amusé avec les lignes géométriques qui constituent les intérieurs japonais.

À découvrir : La Benesse House

Le Teshima Art Museum, créé par Ryue Nishizawa, est une goutte d’eau en béton nichée au sommet d’une colline couverte de rizières en terrasses. Cet espace est plus une œuvre visitable qu’un musée puisque celui-ci n’abrite qu’une unique œuvre : Matrix de l’artiste Rei Naito. L’atmosphère y est constamment changeante à cause de jeux d’eau et de lumière, mais aussi sous l’influence de l’environnement naturel extérieur. Silence et pieds déchaussés sont de rigueur.

Les musées au cœur de l’île

À l’est, se situe Karatô où a lieu tous les ans, à la fin du mois d’octobre, un de ces festivals populaires (matsuri) qui se déroulent habituellement l'été.

Dans une petite maison de bois noire, le petit musée de Christian Boltanski contient l'œuvre Les archives du cœur. Depuis 2008, l'artiste a enregistré les battements de cœurs d'inconnus à travers le monde. Artiste français le plus prisé au Japon, Boltanski a su toucher l'âme de ses résidents à travers cette installation. Il est même possible d'enregistrer votre propre cœur à l'intérieur de la gallerie !

Lire aussi : Andô Museum

À proximité se trouve le restaurant-œuvre Shima Kitchen, uniquement constitué de portes et fenêtres usagées. Plus au nord, on trouve l’installation Big Bambù, un entremêlement de troncs de bambous en forme de bateau s’élevant au dessus de la forêt de Teshima. Comme sur Naoshima, les œuvres sont disposées un peu partout dans la nature. Il est donc plutôt intéressant de se balader sur les chemins de traverse de l’île. L’île participe aussi à la triennale de Setouchi, qui a lieu tous les trois ans depuis 2010.

Pour vos déplacements, Vivre le Japon vous recommande la location de vélos. Des magasins de location sont disponibles au port d'Ieura à 500 yen (5€) la journée pour les vélos ordinaires, et 1 000 yen (8€) les quatre heures pour les vélos électriques. (+100 yen l'heure supplémentaire) Ces moyens de transports sont également très pratiques pour explorer l'île dans ses moindres recoins, ainsi que ses plages.

À lire : Voyager en vélo au Japon

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs