Musée de l'inrô   印籠美術館

Date de publication :
Musée de l'inrô

Un inrô du musée de Takayama.

L'art dans la poche

Aussi indiscutable que soit leur beauté, les kimonos possèdent un défaut. Ils n'ont pas de poches. Comment faire alors pour transporter petites affaires et papiers importants sans s'encombrer ? L'esprit pratique nippon trouve une solution dès le XVIe siècle.

Ainsi apparaissent les inrô, de petites boîtes à compartiments qui viennent se ficher au obi (large ceinture du kimono) grâce à un netsuke (petit objet retenant le inrô au obi). Seuls les hommes portaient ces étuis faits de bambou, de bois ou de cuir. Le musée de Takayama propose une collection unique au monde de plus de trois cent pièces finement ouvragées. En ivoire ou en laque, ciselés d'or ou sertis de pierres semi-précieuses, ces objets par tant de finesse émerveillent. Les netsuke prennent souvent l'apparence des animaux du zodiaque chinois ou de la mythologie japonaise. La visite de cette ménagerie miniature sculptée avec originalité ravit immanquablement petits et grands.

C'est également l'occasion de découvrir l'expression la plus aboutie de ce qui fait la renommée de la ville, le travail du bois. De quoi connaître la tradition artistique locale comme sa poche.

Malgré sa fermeture récente, les projets de réouverture sont toujours d'actualité.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs