Nagoro, le village aux poupées   名頃 天空の村・かかしの里

Date de publication :
Poupée de Nagoro

Poupée de Nagoro

Les enfants dans la salle de classe

Les enfants dans la salle de classe

Nagoro : le village aux 350 poupées

Ayano Tsukimi vit dans un petit village de l’île de Shikoku. Depuis plus de 10 ans elle s’est lancée dans la confection de poupées de tissu pour compenser l’exode des habitants vers les grandes villes.

Si l’on est pas tout à fait attentif, on pourrait croire que quelques habitants de Nagoro papotent en attendant le bus, tandis que d’autres sont occupés aux champs, pendant que les enfants étudient studieusement dans la salle de classe du village. Pourtant, à y regarder de plus près, ses habitants ne sont pas de chair et d’os, mais de tissu et de papier journal, figés dans un quotidien répétitif à l’infini.

Ces poupées grandeur nature, c’est à Ayano Tsukimi qu’on les doit. Cette Japonaise est revenue vivre aux côtés de son père dans la vallée d'Iya, sur l’île de Shikoku après plusieurs dizaines d’années passées à Osaka.

Des villages qui se vident

Si, pendant son enfance, la vallée était prospère et les villages remplis, la fermeture du barrage, principal pourvoyeur d’emploi dans la vallée, a poussé de nombreux habitants à délaisser Shikoku pour Tokyo, Osaka ou Kobe.

Aujourd’hui, seule une trentaine de personnes vit encore à Nagoro, nombre qui tend à se réduire d’année en année, et encore davantage depuis que la seule école du village a fermé ses portes.

Des poupées repeupler le village

Ayano Tsukimi a donc eu l’idée de se lancer dans la conception de poupées de tissu, histoire de repeupler à sa manière son village. Enfants, parents, agriculteurs, pêcheurs… Si sa préférence est la confection de personnes âgées, Ayano Tsukimi donne vie à toute une palette de poupées, avec toujours cet impératif de ne pas leur donner un air trop triste ou fâché. Elles sont aujourd’hui 350 à peupler Nagoro, chacune représentant un(e) habitant(e) ayant quitté le village ou étant décédé(e).

À lire : Awashima Jina, le sanctuaire des poupées

Faire venir les curieux

Une bonne manière de sensibiliser à la désertification des campagnes japonaises, tout en y insufflant un peu de poésie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela fonctionne. Nagoro est désormais devenu une attraction touristique, les visiteurs de Shikoku en font une halte sur leur passage, très curieux de venir voir de leurs propres yeux ces poupées. Ayano Tsukimi se fait un plaisir de les recevoir et de leur livrer ses astuces de fabrication.

Si vous avez l’oeil, vous pourrez même trouver la poupée qu’Ayano Tsukimi a confectionné à son effigie !

Découvrez notre circuit en voiture à travers l'île de Shikoku

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs