Bar Albatross G   アルバトロスGバー

Date de publication :

Kabuki-chô mon amour et l’Albatros

Au cœur de Kabukicho, le quartier où se concentrent love hotels, bars à hôtesses, pachinko et restaurants, le Golden Gai, petit havre d’obscurité et de fausse tranquillité, recueille pour quelques heures les aficionados du temps suspendu. A chacun de choisir si celles-ci seront paisibles … ou plus animées !

Des ruelles, des coupes gorges tous les trente mètres, peu de lumière et beaucoup d’objets hétéroclites entassés près des minuscules portes d’entrée des bars, le Golden Gai apparait comme un ensemble de rues, dernier vestige de ce qui représentait l’ancien marché noir dans la période d’après- guerre. 

Aujourd’hui, ce petit quartier, à deux pas d’un temple aux murs rougeoyants et que vous trouverez après vous être engagés dans un chemin pavé et bordé de buissons, s’apparenterait plutôt à une accumulation de bars, pouvant accueillir au maximum quatre ou cinq convives. Le choix ? Vaste. Les styles ? Tous différents. L’Albatros, par sa décoration baroque et la qualité de ses alcools, mérite de s’y accouder.

L’élégance et le mystère que dégage ce bar de deux étages, outrageusement décoré dans un style oscillant entre le baroque et le victorien, vaut le coup d’œil. Des chandeliers, du velours pourpre, des barmen gominés en complet trois pièces, un fond sonore jazzy, un balcon permettant aux clients consommant à l’étage de contempler la vue et des grignotis japonais pour accompagner les boissons. Avec un menu rédigé en anglais et des alcools affichant un prix autour de 700 yens, l’Albatros apparait, dans ce capharnaüm de ruelles sombres et de bars, un choix parfait pour ceux qui recherchent une certaine poésie à un prix raisonnable.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Merci

Bravo pour votre travail, excellent site !