Accueil > Tokyo > Chanko nabe : le repas des sumos - ちゃんこ 鍋

Chanko nabe : le repas des sumos
ちゃんこ 鍋

Le chanko nabe

Le chanko nabe tel que cuisiné dans une écurie de sumo.

Les ingrédients du nabe

Les ingrédients d'une seule portion de chanko nabe.

Un plat de nabe

On vous pardonnera de ne pas réussir à terminer ou de manger à deux un chanko nabe.

La recette des champions

Devenir aussi fort qu'un lutteur de sumo ? C’est possible ! Si vous allez à Tokyo, essayez le chanko nabe, la potion magique des sumotoris.

Si vous vous promenez dans le quartier de Ryogoku, vous ne pourrez les éviter. Les très nombreux restaurants de chanko nabe sont tenus par d’anciens sumos à la retraite. Un repas de chanko nabe est quasiment une étape obligée de votre découverte gastronomique de Tokyo. Ce plat est l’explication de la force et du poids des lutteurs sumos.

Qu'est-ce qu'un chanko nabe?

C’est une soupe mijotée dans une marmite - nabe en japonais - contenant un très grand nombre d’ingrédients parmi lesquels beaucoup de légumes, du tofu frit et moelleux, et du poulet. Aujourd’hui on en trouve aussi avec du bœuf et du poisson, même si dans la tradition les sumos évitent de les manger. Le bœuf marchant à quatre pattes évoquerait la défaite, tandis que le poisson n’a même pas de jambes pour porter son poids.

Vous vous direz que cela n’a rien de bien terrible comme plat, mais le tout est cuit dans une soupe de dashi très nourrissante et les ingrédients, fournis en quantités gargantuesques n’apportent quasiment que des protéines.

Se laisser tenter

Lorsque vous vous rendrez dans un restaurant de chanko nabe, on vous fournira une marmite individuelle d’une taille respectable qui correspond à la portion d’un seul sumo. Les sumos, eux, partagent un nabe commun où les seniors se serviront en premier et les juniors hériteront de ce qui reste.

Une fois les légumes et la viande ingurgités, on vous fournira des nouilles à rajouter dans le bouillon pour vous caler définitivement. Les sumos ont généralement aussi droit à un bol de riz pour ne pas rester sur leur faim.

Ensuite ?

Nous vous conseillons de faire la même chose que les sumos : une bonne sieste pour métaboliser toutes ces protéines, qui se transformeront en gras. Cependant, ne vous glorifiez pas d’avoir terminé votre nabe. Dites-vous que les sumos mangent la même chose deux fois par jour, tous les jours de l'année. On ne s’étonnera pas de leur… bonne santé !

Tous les articles sur Tokyo

Promenades & excursions
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.