Festival Ako Gishisai   赤穂義士祭

Date de publication :
L'attaque de la demeure de Kisa par Hokusai

L'attaque de la demeure de Kisa par Hokusai.

Le Temple Sengaku

Le Temple Sengaku.

Les tombes des quarante-sept rônin et de leur maître

Les tombes des quarante-sept rônin et de leur maître.

Célèbre vengeance

Le cinéma a rendu célèbre la légende de ces quarante-sept samouraïs vengeurs. A Tokyo, on célèbre leur mémoire au temple Sengaku.

C’est sûr, le titre « 47 rônin » est bien plus vendeur que la véritable désignation en japonais des samouraïs sans chef, yon jû nana gishi ou akō gishi, qui ont participé à ce que l’on appelle au Japon la vendetta d’Ako.

En 1701 dans la région d’Ako entre Okayama et Kobe, Naganori Asano, suzerain de quarante-sept samouraïs (qui laissés sans chef portent le titre de rônin) est condamné à la mort par suicide rituel par Tokugawa Tsunayoshi pour avoir blessé Yoshinaka Kira, un maître de cérémonie du thé, qui l’avait insulté.

Ses disciples endeuillés préparent longuement une attaque suicide pour venger leur maître et assassinent Kira le 14 décembre 1702 en lui coupant la tête, qu'ils apportent ensuite en offrande sur la tombe d’Asano, elle-même située au temple Sengaku. Les rônins qui ne sont pas tués au cours de l’assaut, sont eux aussi condamnés au suicide rituel, le seppuku.

Cette légende est très populaire au Japon car elle évoque les valeurs fondatrices de la société japonaise : l’abnégation, le courage et la fidélité.

Le festival a lieu tous les 14 décembre au temple Sengaku où l’on trouve encore leurs quarante-huit tombes, qui célèbre leur esprit de sacrifice. On peut y assister à une parade en habits de samouraïs de l’époque d’Edo, Gishi Gyoretsu, un service funéraire mais aussi déguster les mets proposés par les nombreux stands de restauration autour du temple.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs