Le festival Kanda   神田祭

Date de publication :
100 temples portatifs "mikoshi" sont transportés lors du festival Kanda à Tokyo

100 temples portatifs "mikoshi" sont transportés lors du festival Kanda à Tokyo

Plus de 300 porteurs participent au festival Kanda de Tokyo

Plus de 300 porteurs participent au festival Kanda de Tokyo

Les leaders de chaque quartiers participant au festival Kanda portent des lanternes aux couleurs du district, marquant le début du défilé du dimanche

Les leaders de chaque quartiers participant au festival Kanda portent des lanternes aux couleurs du district, marquant le début du défilé du dimanche

Des danseurs participant au festival Kanda à Tokyo

Des danseurs participant au festival Kanda à Tokyo

La fête du Shôgun

Le festival Kanda est avec Sanja matsuri et Sannô matsuri, l'un des trois grands festivals de Tokyo. Il a lieu le weekend le plus proche du 15 mai.

Le festival Kanda, qui a lieu à la mi-mai, est l'un des plus connu de Tokyo.

Une fête historique

Placé sous la protection du shôgun durant l'ère Edo (1603-1868), le festival Kanda a alors été autorisé à entrer sur les terres de celui-ci, lui conférant le surnom de "Tenka matsuri", le festival du shôgun. À l'origine, le festival Kanda célébrait la victoire du shôgun Tokugawa Ieyasu (1543-1616) à la bataille de Sekigahara (1600). Le festival n'a pas lieu tous les ans à cause d'une tradition établie par le shôgun et parce que le Sannô matsuri a lieu à la même période.

Lire : 5 personnages historiques Japonais

Parade de mikoshi

Le samedi, vous pourrez apercevoir un cortège d'au moins 300 participants, traversant les districts de Kanda, Marunouchi, Otemachi et Nihonbashi. Les prêtres sont à cheval et les danseurs s'invitent dans les rues de la capitale, dans une atmosphère festive. Le dimanche, un défilé d'une centaine de temples portatifs mikoshi, représentatifs de plusieurs quartiers, clôt en beauté les festivités.

Lire aussi : Sanja matsuri

Kanda myojin

Le temple Kanda myojin, aussi connu sous le nom de Kanda-jinja, est le sanctuaire à l'honneur des festivités. Construit en 730, il est sous la protection de Ki-mon, le gardien de la porte, qui est aussi la déité gardienne du château d'Edo. Considéré comme le quartier central d'Edo (ancien nom de Tokyo), Kanda, dont les habitants ont la réputation d'être très dynamiques, ont voulu le festival comme le reflet de cet état d'esprit.

Entrée des mikoshi dans l'enceinte du sanctuaire lors de l'édition 2015.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs