Gare de Harajuku   原宿駅

Date de publication :

Quais de la gare Harajuku

La gare d'Harajuku, sortie Takeshita street

La gare d'Harajuku, sortie Takeshita street

Une gothic lolita à Harajuku

Une gothic lolita à Harajuku

Entrée du sanctuaire Meiji Jingu lors du hatsumôde

Entrée du sanctuaire Meiji Jingu lors du hatsumôde

Entre tradition et fashion victim

La gare de Harajuku est une des points mythiques de Tokyo, connu notamment pour ses aficionados de la mode. Située au centre-ouest de la ligne circulaire de la Yamanote entre les stations Yoyogi et Shibuya, elle est à la fois la porte sur le temple Meiji et sur le Tokyo branché. Ne vous trompez pas de sortie !

La gare de Harajuku

La gare de Harajuku est à l’origine une gare de fret de marchandises, construite au début du XXème siècle. Elle devient une gare de transport de passagers avec son raccordement à la Yamanote en 1909 et acquiert une nouvelle importance avec l’ouverture du sanctuaire Meiji en 1920, dédié à l’empereur et à son épouse.

C’est à cette époque qu’est construite la gare actuelle, la dernière en bois de toute la ligne Yamanote, et qui marque les passagers par ses façades à colombages surmontées d’une tour de style européen. Cette construction presque centenaire pourrait changer radicalement avec les travaux prévus dans le cadre des Jeux Olympiques 2020.

La gare d'Harajuku sur la Yamanote, contraste avec l’excentricité ambiante.

La gare d'Harajuku sur la Yamanote, contraste avec l’excentricité ambiante.

Quai supplémentaire de la gare Harajuku ouvert pour les grands événements

Le gare possède deux quais, le quai 1 en direction de Shibuya et Shinagawa, le quai 2 pour Shinjuku et Ikebukuro. Environ 70 000 passagers transitent chaque jour par ces quais. Il existe formellement une correspondance pour les lignes Chiyoda et Fukutoshin via la station Meiji Jingu-Mae, mais il faut sortir de la gare Harajuku et marcher sur environ 200 mètres pour y accéder.

À noter que la gare Harajuku possède deux quais "cachés". Le premier est situé à l’est de la gare, en direction de Shinjuku, il s’agit d’un quai temporaire qui est ouvert pour pouvoir permettre le passage du surplus de voyageurs lors de la tenue de grands événements, tel que le nouvel an. Le second quai, plus au nord, est celui où le train impérial fait escale.

Une gare, deux mondes

La sortie centrale de la gare fait directement face à la Takeshita dôri ou "rue Takeshita", un monument pour tous les japonais amateurs de mode fantasque. 

Des magasins s’entassent sur une rue de 300 mètres et proposent des vêtements pour tous les styles, rock, punk, hip-hop ou gothique tandis que nombre de jeunes passants arborent un style recherché et excentrique.

La ruelle Takeshita Dori à Harajuku

La ruelle Takeshita Dori à Harajuku.

De même, la seconde sortie - située au sud de la gare - débouche directement sur le fameux "jingu bashi" ou "pont du sanctuaire". C’est là que tous les week-ends les amateurs de cosplay viennent en représentation arborer leur costume.

A l’opposée de cette mode ultra-moderne, la gare de Harajuku est adossée à deux monuments tranquilles de la capitale. Ainsi, le sanctuaire Meiji Jingu, son torii en bois de cèdre de 12 mètres de haut - le plus grand du Japon - et son parc immense couvert de plus de 170 000 arbres s’ouvrent juste après le pont des cosplayeurs. Au sud de cet emblème impérial, on retrouve le parc Yoyogi, lieu de repos, de pique-nique et rendez-vous des sportifs.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs