La gare de Kanda   神田駅

Date de publication :
Sur les quais de la gare de Kanda

Sur les quais de la gare de Kanda

Trains Yamanote et Keihin-Tôhoku en parallèle

Trains Yamanote et Keihin-Tôhoku en parallèle

Entrée niveau rue de la gare de Kanda

Entrée niveau rue de la gare de Kanda

Temple Kanda Myôjin

Temple Kanda Myôjin

La vénérable institution Isegen

La vénérable institution Isegen en place depuis 180 ans à Kanda

Librairie Yaguchi

Librairie Yaguchi, entre Kanda et Jinbôchô

Age manju à Takemura

Age manju à Takemura

L'histoire littéraire de Kanda

Kanda est une petite gare avec une grande histoire. Elle est située en plein centre de Tokyo, et à deux pas de la grande gare de Tokyo. Les amateurs de littérature viennent trouver là leur bonheur dans les très nombreuses librairies du quartier.

De Manseibashi à Kanda

Dans l’arrondissement de Chiyoda, la gare de Kanda a été inaugurée le 1er mars 1919 pour la ligne Chûô. À cette époque, le centre de Tokyo était à Nihombashi, la gare la plus proche. Une première gare du nom de Manseibashi fut édifiée en 1912, mais le grand tremblement de terre de 1923 la détruisit intégralement. Elle fut reconstruite totalement, dans le même style de brique rouge, par l’architecte Tatsuo Kingo après 1923 à l’emplacement actuelle de la grande gare de Tokyo. De cette ancienne gare de Manseibashi située entre Kanda et Ochanomizu, il ne reste que des plaques commémoratives et un bâtiment bas de briques rouges abritant aujourd'hui des commerces.

La construction de la gare de Kanda constituait dès l’origine une innovation. Ses rails était disposées au-dessus de la gare faite d’arcades en briques, à l'image de la gare de Yurakuchô, avec des petits restaurants en dessous, dans lesquels les habitués peuvent manger avant de rentrer chez eux le soir.

Seuls les trains "locaux" s’y arrêtaient alors, et non ceux effectuant de longues distances.

En 1925, les trains de la ligne Yamanote marquent enfin l’arrêt à Kanda, après que la liaison soit faite entre Tokyo et Ueno.

Yamanote vs Chûô

Yamanote vs Chûô ! JR séries E231-500, E235 & E233

Depuis les quais de la Yamanote de Kanda, cernés de barrières automatiques de sécurité, l'espace se restreint terriblement tout au bout ( en direction de Tokyo). Il y a juste la place pour se faire recoiffer lorsqu'arrivent en même temps un nouveau JR série E235 avec un E233 de la Keihin-Tôhoku. Mais c'est grisant et la vue sur les 6 voies (avec la ligne Chûô) filant jusqu'à la gare de Tokyo est sympathique. Il y a en prime les Tôhoku shinkansen, trains à grande vitesse japonais, qui passent juste à côté sous la nouvelle construction en hauteur de la ligne Tokyo-Ueno.

D’ici 2021, des travaux d’adaptation sont prévus pour les quais de la ligne Chûô avec la mise en service de trains plus longs aux voitures à deux étages "Green Cars".

En 1931, la ligne de Métro Ginza arrive dans la gare, ce qui constituait alors la première ligne de métro sur le contient asiatique. Pour l’anniversaire des 90 ans de l’ouverture de cette ligne historique, de grands travaux de rénovation sont entrepris, tout en conservant l’esprit architectural d’origine de Kanda. 

Ambiance studieuse

Depuis Kanda, nous sommes à tout juste 2 minutes de la grande gare de Tokyo, mais l’ambiance est bien différente entre les deux. Kanda est un quartier plus populaire et principalement pour les salarymen, avec izakaya, tachinomiya et soba.

Le plus remarquable autour de Kanda, et ce qui en fait sa popularité, ce sont les quelques 200 librairies qui parsèment ses rues, dont 140 proposant des livres de seconde main et ouvrages anciens, très recherchés. Depuis 130 ans, ce quartier de la littérature attire ceux qui aiment les livres, ainsi que plusieurs écoles, universités de droit et de grandes maisons d’édition. Vous les trouverez en marchant vers la station voisine de Jinbocho.

Temple Kanda Myôjin

Temple Kanda Myôjin

Côté spiritualité, le sanctuaire Kanda Myôjin vous permettra de laisser reposer votre esprit un instant. Même s’il porte le terme de "Kanda" ce temple se situe plus près d’Ochanomizu ou d’Akihabara pour son accès. Il est toutefois connu pour ses festivités au mois de mai.

Le ventre de Kanda

"Kanda Suda" est le quartier où il fait bon se remplir le ventre après avoir nourri son esprit. Voici quelques bonnes adresses qui sont reconnues et classées au plus haut de leur rang :

  • Isegen, le spécialiste de la baudroie, la queue du poisson appelée aussi la lotte, qui la cuisine à sa façon depuis 180 ans. Et c’est le seul à Tokyo !
  • Botan, du sukiyaki au poulet, avec là encore une recette originale et inchangée depuis 120 ans. Il utilise le "binchôtan", du charbon de bois, pour faire chauffer une marmite en fer comme au bon vieux temps. Une réelle tradition japonaise ancestrale en plein coeur de la plus grande ville du monde, qui l’eut cru !
  • Matsuya propose ses soba depuis 1884 et ses yabusoba depuis 1880.
  • Takemura est un salon de thé dans lequel vous pourrez déguster de la pâtisserie japonaise, la spécialité du Age-manju (le beignet de manju) en tête de liste.
  • Un lieu à part pour terminer, la boutique Kanda Chonko, dans laquelle vous trouverez des objets traditionnels de la culture japonais, dont vous chargerez sûrement vos bagages pour ramener les meilleurs souvenirs.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs