Accueil > Tokyo > Harajuku - 原宿

Harajuku
原宿

La gare d'Harajuku sur la Yamanote, contraste avec l’excentricité ambiante.

La gare d'Harajuku sur la Yamanote, contraste avec l’excentricité ambiante.

La ruelle Takeshita Dori à Harajuku

La ruelle Takeshita Dori à Harajuku.

Le quartier branché d'Harajuku est le berceau des modes vestimentaires les plus improbables.

Le quartier branché d'Harajuku est le berceau des modes vestimentaires les plus improbables.

Un laboratoire des modes futures

Fréquenté par une jeunesse aux accoutrements vestimentaires des plus improbables, le quartier de Harajuku cristallise une insoutenable légèreté de l’être.

Les fidèles du quartier de Harajuku se veulent porteurs d'une culture décalée tant vestimentaire que musicale. Ils poursuivent l’illusion de se croire uniques. Harajuku s'impose dans les années 1990 comme le lieu de ralliement de jeunes Japonais que la consommation de masse et la standardisation d’une mondialisation effrénée rebutent. Leur fin est moins dans la contestation que dans la recherche d'objets parfois onéreux.

Un dandysme de bon aloi

En ce quartier de Harajuku, une jeunesse en quête de look se retrouve. Des adolescentes mettent au placard leur uniforme de collégienne - jupe plissée, veste marine, mocassins et chaussettes blanches - pour une minijupe vraiment mini, une paire de mules plates échancrées et un t-shirt aux coloris acidulés. A Harajuku, les moins de trente ans s’habillent comme leur héroïne de manga. Certaines, semblables à des poupées de porcelaine, optent pour le néo-rétro. D’autres, les Gothuloli, mi-Gothic mi-Lolita, tiennent le haut du pavé avec leur dentelle et leurs noirs habits, quand, faussement rebelles, des garçons à la banane gominée crânent dans leur accoutrement 100% rockabilly. Pas dupe, des chasseurs de tendances au service de créateurs en manque d’inspiration arpentent Harajuku, histoire de dénicher ce qui fera la mode de demain. La population transgresse en s’amusant. Les boutiques du quartier regorgent de marchandises des plus originales, même au 100 Yens shop, et les cafés attirent des excentriques. Ça, c’est Tokyo !

Ces autres quartiers de Tokyo pourraient vous intéresser : 


Moyenne de 5 pour 2 notes

Tous les articles sur Tokyo