Où acheter ses disques à Tokyo ? 6 questions à Bérenger de Decibel Blog

Date de publication :
HMV Record Shop, à Shibuya

HMV Record Shop, à Shibuya

Disk Union Jazz à Shinjuku

Disk Union Jazz à Shinjuku

Dub Store Records, à Shinjuku

Dub Store Records, à Shinjuku

Tous les disquaires de la capitale

Avis aux amateurs de musique et aux collectionneurs de disques : la capitale japonaise est une véritable mine d’or ! Bérenger, auteur de Decibel Blog, nous livre de précieux conseils avant de passer la porte des magasins de disques tokyoïtes. Interview.

Vivre le Japon : En tant que collectionneur de disques et passionné de musique, les disquaires de Tokyo faisaient-ils partie de votre programme lorsque vous êtes parti au Japon au cours de l’été 2017 ?


Bérenger : C’était en effet un passage obligé de mon voyage ! Je m'étais renseigné avant  de partir et j’avais dressé une liste des disquaires par quartiers. Je ne les ai pas tous visités, mais cette liste m'a été bien utile. Je partais avant tout pour découvrir le Japon et sa culture ; j’ai donc consacré environ 3 jours aux magasins de disques sur mes deux semaines de voyage, ce qui m’a permis de visiter une trentaine de boutiques environ.


VLJ : A la lecture de vos articles, les disquaires semblent bien plus nombreux à Tokyo qu’à Paris. La capitale japonaise est-elle réputée pour ses magasins de disques ?


B : En effet, c’est incomparable ! Paris ne fait pas le poids. Londres, à la limite, pourrait souffrir la comparaison, mais de grandes enseignes telles que Tower Records ont malheureusement disparu depuis des années… À Tokyo, le nombre de disquaires est tout simplement dingue, qu’il s’agisse de grosses chaînes ou d’indépendants. On peut citer par exemple Disk Union qui possède pas moins de six magasins dans le quartier de Shinjuku, ou encore les 8 étages de Tower Records, à Shibuya. Les Japonais ne font pas les choses à moitié !


VLJ : Quels sont les quartiers des disquaires ?


B : Shibuya et Shinjuku sont certainement les deux quartiers de Tokyo concentrant le plus de magasins de disques. Mais le quartier de Shimokitazawa est en bonne position également !

Disk Union à Shinjuku (Tokyo)

Disk Union à Shinjuku (Tokyo)

VLJ : Parmi la trentaine de boutiques que vous avez eu l’occasion de visiter, quels ont été vos coups de coeur ?


B : Je choisirais les Disk Union de Shinjuku, qui se trouvent quasiment tous dans la même rue, pour leur énorme choix de LPs d’occasion, mais aussi le Tower Records de Shibuya (pour les CDs et le neuf), tellement impressionnant ! C'est un passage obligé pour tous les amateur de musique ! 

En ce qui concerne les disquaires indépendants, tout dépend bien sûr de votre style. En tant qu’amateur de reggae, j’opterais pour Dub Store Records à Shinjuku (très bonne sélection de CDs, LPs, 12", 10" et 7"). Mais aussi pour Face Records et Next Records à Shibuya, pour tout ce qui est soul/funk , sans oublier Manhattan Records - toujours à Shibuya - pour le hip hop et le R’n’B. À Shimokitazawa, je retiendrais Flash Disk Ranch pour son choix et ses prix, ainsi que le très réputé Jet Set Tokyo.

VLJ : Avez-vous découvert quelques curiosités ?


B : Le Showa Kayô Store, situé au sous-sol du Disk Union Heavy Metal de Shinjuku, est entièrement dédié à la japanese pop de 1926 à 1989. Et le magasin Waltz, situé dans le quartier de Meguro, est spécialisé, quant à lui, dans le format K7… vraiment atypique !

VLJ : Peut-on s'en sortir sans parler japonais ?


B : À Tokyo, les Japonais connaissent en général un peu l'Anglais mais c'est toujours mieux de connaître quelques mots de Japonais. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que les Japonais chercheront toujours à vous aider si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez. 

Pour la petite anecdote, le vendeur du Disk Union Jazz, à Shinjuku, m’a aidé à mettre la main sur deux disques introuvables en France. Il m’en a d’abord trouvé un des deux. J'ai ensuite continué mes visites dans le quartier avant de revenir, plus tard, pour prendre quelques photos. Le vendeur m'a immédiatement reconnu et s'est dirigé vers moi avec un grand sourire et un disque à main : entre-temps, il avait trouvé le deuxième disque ! Il avait continué ses recherches alors que je n’étais même pas censé revenir, c’est fou ! Et cela représente bien toute l'amabilité et le professionnalisme des Japonais !

Lire Demander son chemin au Japon


Retrouvez les bonnes adresses de Bérenger sur son blog : Où acheter ses disques à Tokyo ? 

Partie 1 et Partie 2

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs