Le jardin Hama-Rikyu Onshi Teien   浜離宮恩賜庭園

Date de publication :
« Site historique spécial », le jardin Hama-Rikyu Onshi Teien est l’ancienne réserve de chasse des Tokugawa.

« Site historique spécial », le jardin Hama-Rikyu Onshi Teien est l’ancienne réserve de chasse des Tokugawa.

Le Hama-Rikyu Onshi Teien à Tokyo est constitué de trois lac et de deux îlots abritant une maison de thé.

Le Hama-Rikyu Onshi Teien à Tokyo est constitué de trois lac et de deux îlots abritant une maison de thé.

Le jardin Hamarikyu

Le jardin Hamarikyu

Le bassin d'eau de mer de Hamarikyu

Le bassin d'eau de mer de Hamarikyu

Un des plus beaux jardins japonais traditionnels à visiter dans Tokyo

À la rencontre de la rivière Sumida et de la baie de Tokyo et à quelques pas de l'ancien marché de poisson Tsukiji, le Hama-Rikyu Onshi Teien est un jardin emblématique de la capitale nippone. Il séduit par ses étangs et ses pavillons de thé qui offrent une bouffée d'air et de sérénité au coeur du centre ville de Tokyo.

Un vestige de l'époque Edo et des Tokugawa

L’effervescence des restaurants autour de l'ancien marché au poissons de Tsukiji cède la place au calme de l’ancienne réserve de chasse des shoguns du clan Tokugawa. Leur jardin, le Hama-Rikyu Onshi Teien, reste l’un des plus beaux de Tokyo. Il s'agit d'un lieu particulièrement protégé puisqu'il est depuis 1952 un "site historique spécial" du Japon

Le jardin a eu différents rôles au fil des siècles. Construit à l'origine comme résidence d'un seigneur féodal à Tokyo et lieu de chasse au canard pendant l'époque Edo (1603-1867), il servit plus tard de jardin de promenade et de palais impérial secondaire. Propriété de l’Empereur durant l’ère Meiji (1868-1912), il fut légué à la municipalité de Tokyo en 1945 par Hirohito. Le Hama-Rikyu Teien retrace à sa façon l’histoire du Japon et sa succession d’ères politiques et impériales. Il a ensuite été ouvert au public en avril 1946, pour le plus grand bonheur des tokyoïtes et des visiteurs de la capitale.

Malgré le grand séisme du Kanto de 1923 et les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale de 1944 qui détruisirent en grande partie le jardin, les bâtiments principaux, comme les maisons de thé et les trois étangs, ont été conservé.

Des vestiges de ces anciens rôles sont également encore visibles de nos jours dans tout le jardin. Notamment plusieurs petites cabanes de chasse au canard reconstituées ainsi que des restes d'un vieux fossé et d'un mur de pierre.


Un jardin traditionnel japonais au coeur de Tokyo

Le jardin Hama-Rikyu est un exemple typique des jardins de la période Edo (1603-1867) et est l'un des derniers de la région ayant survécu jusqu'à nos jours.

Miniaturisé et stylisé, ce monde végétal illustre très bien la définition des jardins japonais : emprunt d’un paysage naturel. Le jardin de style traditionnel contraste avec les gratte-ciel du quartier environnement de Shiodome et est la représentation parfaite du mélange tradition et modernité qui caractérise le Japon au yeux du monde. 

Les différents plans d’eaux du jardin illustrent la splendeur d’une exactitude géométrique maîtrisée. Enjamber l’étang Shioiri par un petit ponton et accéder à l’îlot où siège la dernière maison de thé du jardin, permet, par un gâteau et une tasse de thé, de goûter le Japon.

Et le jardin abrite aussi une réserve d’oiseaux, un petit coin de paradis !

Hama-rikyu Onshi Teien

Hama-rikyu Onshi Teien

Le jardin Hamarikyu

Le jardin Hamarikyu

Le Jardin Hama-Rikyu

Le Jardin Hama-Rikyu

Qu'est ce qu'il y a à voir au Jardin Hamarikyu ?

  • Shioiri-no-ike

Situé le long de la baie de Tokyo, le jardin dispose aussi d'un bassin d'eau de mer qui change de niveau au gré des marées. Shioiri-no-ike est le seul étang d'eau de mer restant à Tokyo. Avec la montée et la descente de la marée, un sas s'ouvre et se ferme pour régler le niveau de l'eau.

Il existe de nombreux types de poissons d'eau de mer dans l'étang, notamment le mulet, le bar, les gobies et les anguilles. Cette particularité rend le jardin encore plus spécial et connecté à la nature qui l'entoure. 

  • Sanhyakunen-no-matsu

Au moment où le 6ème Shogoun, Ienobu Tokugawa (1662 - 1712), a rénové le jardin, un grand pin a été planté pour célébrer l'événement. Cet arbre majestueux de de 300 ans a survécu jusqu'à nos jours malgré les bombardements et destructions du 20ème siècles.

  • Nakajima-no-ochaya

Ce pavillon servant de salon de thé a été construit en 1704 sur l'îlot Nakajima, dans l'étang Shiori-no-ike. Il était alors utilisé par les shoguns Tokugawa et les nobles de la Cour impériale qui venaient s'y détendre près de la baie de Tokyo. Le salon de thé a été rénové dans sa forme d'origine en 1983 et vous pouvez maintenant y déguster du thé accompagné de sucreries japonaises.

Deux autres pavillons, Matsu-no-ochaya et Tsubame-no-ochaya, détruits pendant la guerre, ont eux-aussi récemment été reconstruit.

  • O-tsutai-bashi

Ce grand pont de bois de 118 mètres de long relie deux îlots des étang du parc : Kono-ji Shima et Nakajima. Le pont entier est fabriqué à partir de "hinoki", un cyprès japonais, et a été achevé en mai 1997.


Intéressé par les jardins ? N’hésitez pas à réserver notre activité dédiée au jardin historique de Tokyo.

Le jardin Hamarikyu

Le jardin Hamarikyu

Comment aller au jardin Hamarikyu ? 

L'accès à Hama-rikyu est possible par métro ou par l'eau avec le Tokyo Water Bus.

Accès par métro : le jardin se trouve à 10/15 minutes à pied de la gare Shimbashi ou à 5/10 minutes à pied de la gare Shiodome, avec les lignes de métro Oedo et Yurikamome.

Accès par Tokyo Water Bus : vous pouvez également accéder au jardin depuis le quartier Asakusa avec le Tokyo Water Bus. Ce moyen de transport originial coûte 1040 yens (environ 8,50€) et vous prendra 35 minutes.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs