Le jardin Kairaku-en   偕楽園

Date de publication :
Les pruniers en fleurs au tout début du printemps.

Les pruniers en fleurs au tout début du printemps.

L'étang du Kairaku-en

L'étang du Kairaku-en

Vue sur la végétation du Kairaku-en

Vue sur la végétation du Kairaku-en

Un chemin du jardin Kairaku-en

Un chemin du jardin Kairaku-en

Vue générale du jardin Kairaku-en.

Vue générale du jardin Kairaku-en.

Le jardin Kairaku-en à Mito.

Des pruniers par milliers

Un des trois jardins les plus célèbres du Japon avec le Kenroku-en de Kanazawa et le Kôraku-en d’Okayama, le Kairaku-en déploie ses mille et une fleurs à Mito, dans la préfecture d’Ibaraki, à seulement 1h30 de Tokyo.

Le jardin japonais Kairaku-en, de style kaiyû (jardin de promenade), s’étale sur 13 hectares dans le parc Kairakuen, lui-même étendu sur plus de 300 hectares. C'est le deuxième plus grand parc de ville au monde après le Central Park de New York. 

Le Kairaku-en est surtout connu pour ses pruniers. 100 variétés pour plus de 3 000 pruniers fleurissent chaque année de fin février à fin mars pour un spectacle enchanteur, une symphonie rosée. Un festival est organisé chaque année pour fêter l’arrivée du printemps. Mais le jardin compte aussi des cerisiers, des azalées, des fleurs de hagi (le lespédèze), des nikizaki sakura (cerisier qui fleurit deux fois par an)... On peut admirer des fleurs presque toute l’année dans ce jardin.

La volonté du seigneur

Le Kairaku-en fut construit en 1842 par Nariaki Tokugawa, le neuvième seigneur féodal du Mito et le père du dernier Shôgun Yoshinobu Tokugawa. Il rapporta des prunes depuis Edo, l'ancienne Tokyo, pour les planter. Il eut alors l’idée de ce jardin pour partager le plaisir de la contemplation de la nature avec son peuple. D'où le nom de Kairaku-en, littéralement "jardin où l'on partage le plaisir". En même temps, Nariaki Tokugawa fonda une école han Kôdôkan (école féodale de l'époque d'Edo) près de son château pour former les élites. Celles-ci pouvaient profiter du jardin pour se détendre. Afin de se conformer au principe du seigneur Nariaki, ce jardin reste toujours ouvert à tous et gratuit.

À travers le yin et le yang

Pour visiter le jardin Kairaku-en, il y a plusieurs portes d’entrée. Nous vous conseillons de commencer par la porte principale, omotemon. Vous pourrez ainsi profiter pleinement de l'esprit de ce jardin, conçu selon la philosophie chinoise du yin et du yang. Quand on entre par cette porte, le chemin s’enfonce dans une forêt de bambous puis de cèdres du Japon : l’obscurité du yin. Ensuite, place au senekidai, le paysage se dégage avec la vue sur le lac Senba, puis l’immense tapis de pruniers : la clarté du yang. Depuis sa création, c’était le lieu pour les jeux de Go ou Shôgi (les échecs japonais) devant ce panorama. 

Un peu plus loin, se trouve une maison typique de l’époque d’Edo, appelée Kôbuntei. C'est le salon du seigneur avec la maison du thé où il aimait venir souvent pour la cérémonie du thé ou simplement pour discuter de poésie et d’art avec ses invités. Aujourd’hui, une association organise la cérémonie du thé une fois par mois dans cette maison du thé. Pendant le festival des pruniers, la cérémonie se fait en plein air.

L'inspiration des poètes

Shiki Masaoka, grand maître de la poésie haïku, fit une halte au Kairaku-en lors d’un voyage en 1889. Dans son œuvre Voyage à Mito, il écrit : "Le magnifique paysage naturel et l’architecture du paysage créent l’harmonie, rien ne manque." Et laisse ce haïku à la postérité :

崖急に 梅ことごとく 斜なり

Une falaise raide / les pruniers tous ensemble / s’inclinent

Après avoir visité le jardin, vous pourrez déguster les spécialités de Mito à la Kairakuen Rest House, près de la porte est : les prunes, les udon à la prune et bien sûr le nattô, la grande spécialité de Mito, déclinée en divers plats et même... en glace !

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs