Kawagoe, voyage à l'époque d'Edo   川越市

Date de publication :
Surnommée la petite Edo, Kawagoe jouant un rôle important dans le commerce et les décisions économiques liées à Tokyo.

Surnommée la petite Edo, Kawagoe jouant un rôle important dans le commerce et les décisions économiques liées à Tokyo.

La rue ‘Taisho Romance’Kawagoe

La rue ‘Taisho Romance’Kawagoe

Les boutiques souvenirs de Kawagoe, la petite Edo.

Les boutiques souvenirs de Kawagoe, la petite Edo.

L'architecture de Kawagoe, située à une trentaine de minutes de la capitale

L'architecture de Kawagoe, située à une trentaine de minutes de la capitale

La petite Edo : une visite près de Tokyo

Des bâtiments liés aux célèbres shôgun Tokugawa, des entrepôts de l’époque Meiji, en passant par les constructions typiques des années de l’ère Taisho, flâner dans les rues de la "petite Edo", le surnom de la ville de Kawagoe dans la préfecture de Saitama, c’est découvrir le japon d’antan à seulement une demi-heure de train de Tokyo.

Kawagoe : une ville de l'époque Edo

Fondée en 1457, la ville, située au nord-ouest de la capitale,  devint un lieu stratégique pour la défense d’Edo (l’ancien nom de Tokyo) et de son château d'Edo Afin de s’assurer la protection du fief de Kawagoe, les puissants shôgun Tokugawa installèrent certains de leurs proches conseillers dans le château de Kawagoe, construit également en 1457. Aujourd’hui, il ne reste de ce bâtiment que la maison principale, Honmaru Goten, reconstruite en 1848 et transformée en musée.

Kawagoe prospéra également grâce au commerce de marchandises transportées le long de la  rivière Shingashi et de la route Kawagoe-kaidoki qui reliaient la forteresse à la capitale. 


Les lieux à voir à Kawagoe

La rue principale, Ichibangai, et les rues du quartier Kurazukuri no Machinami (le district des entrepôts) attestent de la prospérité de la ville par leur concentration de kura (entrepôts aux murs épais et aux toits couverts de lourdes tuiles construits pour résister aux incendies) que les riches marchands de Kawagoe avaient fait bâtir à l'ère Meiji (1868-1912). Hélas, il n’en reste plus qu’une trentaine, dont dix-sept ont été déclarés "Bien culturel important", le reste ayant péri lors d’un grand incendie en 1894. Ils accueillent désormais des cafés, des restaurants ou encore des musées.

La rue "Taisho Romance", elle, est bordée de maisons de l'ère Taishô (1912-1926), inspirées du style occidental. Très pittoresque, elle sert souvent de cadre à des films ou feuilletons télévisés.

Emblème de la ville, la tour de la cloche, toki no kane ("la cloche du temps") rappelle les temps anciens en sonnant quatre fois par jour.

Kawagoe est également célèbre pour sa "rue des confiseries", Kashiya-yokocho, où sont concentrées des confiseries et des fabricants de sucreries "à l’ancienne". Dans certaines boutiques, on peut observer les confiseurs confectionner des bonbons et sucres d’orge comme autrefois. Outre les bonbons, on trouve également toutes sortes de friandises à base de patate douce, la spécialité régionale.

Temples et sanctuaires à voir à Kawagoe

Kita-In, le principal temple de la ville, a été fondé en 830 par le moine Ennin, de la secte bouddhique Tendaï. Entièrement détruit par un incendie en 1205, il fut reconstruit en 1298 et prit une grande importance au XVIIème siècle lorsqu’il fut placé sous la protection des  shôgun Tokugawa. 

Le temple renferme d’ailleurs une partie des restes de Iyeyasu Tokugawa , fondateur du shogunat Tokugawa (1603-1867).

Sanctuaire shinto à Kawagoe

Sanctuaire shinto à Kawagoe

Le temple Kita-in et ses cinq cents Gohyaku statues en pierre des disciples du Bouddha

Le temple Kita-in et ses cinq cents Gohyaku statues en pierre des disciples du Bouddha

En 1638, le temple fut de nouveau réduit en cendres par un incendie. Le troisième shôgun, Iemitsu Tokugawa, fit alors apporter certains bâtiments du château d’Edo pour sa reconstruction. Ce dernier ayant été entièrement détruit pendant la seconde guerre mondiale, ces bâtiments sont désormais les seuls vestiges du château d’Edo. Reliés au temple par un long passage couvert, ces édifices abritent des œuvres d’art et objets ayant appartenu au clan Tokugawa. Depuis les coursives, on peut contempler le  magnifique jardin du temple. Un beffroi et une petite pagode font également partie du domaine. Au nord de l’enceinte, le célèbre jardin des Gohyakurakan, les "500 disciples de Bouddha", abrite 540 statues érigées entre 1782 et 1825. Chacune de ces sculptures en pierre a une expression unique.

Naka-in est un autre  temple édifié en 828 par le moine Ennin. Plus petit que Kita-in, c’est un endroit charmant  célèbre pour son magnifique jardin qui se teinte de rose au moment des cerisiers en fleurs. Il est  dit que le temple est à l’origine de la culture du thé à Kawagoe et dans la préfecture de Saitama. Ennin y aurait cultivé des théiers comme plantes médicinales.  Une maison de thé, Fusentei, accueille des cérémonies de thé.

Le sanctuaire shinto Senba Toshogu , situé un peu plus loin de Kita-In, est l’un des trois plus importants sanctuaires Toshogu, très liés au clan Tokugawa. Perché en haut d’une colline, on ne peut l’admirer qu’à travers des grillages. Mais le déplacement en vaut tout de même la peine, ne serait-ce que pour ses admirables piliers sculptés et pour la sérénité du lieu.

Au nord de la ville, le principal sanctuaire shinto, Hikawa, accueille les visiteurs avec son Torii en bois de 15 mètres de haut (l’un des plus hauts du Japon). Consacré au "dieu du mariage", il attire les amoureux. De nombreux mariages shinto y sont célébrés tout au long de l’année.

Jeunes filles en kimono dans une rue de Kawagoe

Jeunes filles en kimono dans une rue de Kawagoe

Chaque quartier de Kawagoe confectionne son propre char pour défier les autres dans au cours du Kawagoe Matsuri.

Chaque quartier de Kawagoe confectionne son propre char pour défier les autres dans au cours du Kawagoe Matsuri.

Les festivités à Kawagoe

Chaque année, les troisième samedi et dimanche d’octobre, la ville vibre au son des instruments traditionnels et des chars géants  promenés à travers la cité, perpétuant une fête vieille de plus de trois siècles, Kawagoe Matsuri, déclaré "Bien culturel traditionnel immatériel important" en 2005.

Celles et ceux qui le désirent peuvent louer des kimonos ou des Yukatapour flâner dans les rues de la "Petite Edo".

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs