Accueil > Tokyo > Le kôyô à Tokyo - 東京の紅葉

Le kôyô à Tokyo
東京の紅葉

Le Rikugi-en

Un effet particulièrement recherché par les Japonais : le reflet des arbres aux feuilles rougissantes dans l'eau d'un lac.

Le Koishikawa Korakuen

Le Koishikawa Korakuen est un des plus grand parc de Tokyo, un endroit idéal pour admirer le rougissement des feuilles.

Le Happo-en

Un des bonzaï du parc dont les feuilles sont en train de rougir.

Le campus de Hongo

Au campus de Hongo de l'Université de Tokyo ce n'est pas le rougissement mais les teintes jaunes des ginko biloba que l'on vient admirer.

Le parc d'Hitachi

Les buissons de nemophila sont vraiment très étonnants lorsqu'ils commencent à rougir.

Kôyô urbain

Si l’observation des feuilles rougissantes, le kôyô, est une activité incontournable quand on visite le Japon à l’automne, qui aurait pensé que la trépidante ville de Tokyo en faisait partie ? 

Voici notre sélection pour pouvoir profiter de l’automne dans la capitale nippone :

  • Le Rikugi-en -六義園

Au Nord de Tokyo, ce jardin datant de l’ère Edo permet d’admirer les arbres aux feuilles rougissantes du haut de ses petites collines. On y trouve un lac mais aussi l'une des plus grandes forêts d’érables de la capitale. De novembre à décembre le parc est même illuminé dès que la nuit tombe.

En métro : stations Komagome (ligne Namboku) ou Sengoku (ligne Mita).

Le site internet du Rikugi-en (anglais).

Ce jardin de promenade d’une superficie de 7 hectares comporte un lac dans lequel se reflètent les feuilles rouge vif des érables. Beaucoup de Tokyoïtes viennent y pratiquer le momijigari, littéralement : la chasse aux feuilles rouges.

En métro : station Iidabashi

Le site internet du Koishikawa Kôraku-en (anglais).

Petit sentiers sinueux, bonsaï aux feuilles rougissantes et chutes d’eau font la beauté de ce jardin, un peu plus confidentiel et donc moins fréquenté à l’époque du kôyô. Peut-être aurez-vous la chance d'apercevoir un couple de mariés en habits traditionnels venu y faire des photos ?

En métro : station Shirokanedai (lignes Mita ou Nanboku).

Le site internet du Happo-en (anglais).

  • Le campus de Hongô de l’Université de Tokyo- 東京大学の本郷地区キャンパス

Il occupe le site de l’ancienne demeure d’une célèbre famille tokyoïte, les Maeda. Entre les bâtiments de style gothique ont été plantés, au début du siècle, des centaines de ginko biloba qui, au moment du kôyo, prennent une couleur or.

En métro : station Hongô-Sanchome (ligne Marumouchi).

  • Le parc d’Hitachi à Ibaraki 国営ひたち海浜公園

Ce parc, situé au Nord-Est de Tokyo, est très connu pour ses némophiles, petites fleurs bleues qui fleurissent au printemps. Mais quand vient l’automne, les bosquets de némophiles prennent une teinte rouge violacée. À une heure et demie de train de Tokyo, ce parc est un endroit atypique où célébrer le kôyô.

En train local : station Katsuta (ligne JR Joban), puis prendre le bus sortie Est, arrêt Kaihin koen nishiguchi.


Moyenne de 5 pour 4 notes

Tous les articles sur Tokyo

Promenades & excursions
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.