Le musée mémorial Mitsui   三井記念美術館

Date de publication :
Mitsui_Main_Building

Le bâtiment a été édifié en 1929

Okyo_Pin

Pins sous la neige de Maruyama Okyo

bol-thé-shino

Bol à thé shino « Unohanagaki » de la période Azuchi Momoyama

Le musée d'un clan de marchands

À Nihonbashi, au cœur du quartier historique de la capitale nippone, le musée mémorial Mitsui conserve plus de 4 000 œuvres et objets d’art japonais et asiatiques ; une prestigieuse collection constituée par l’influente famille Mitsui depuis l’époque d’Edo (1603-1868).

Le zaibatsu Mitsui

Originaire de Matsusaka dans la préfecture de Mie, la famille Mitsui est parvenue à former au fil des siècles l’un des plus importants zaibatsu du Japon

La boutique de kimonos, Echigoya, établie à Edo dans le quartier de Nihonbashi en 1673 par Mitsui Takatoshi (1622-1694) constitue le premier jalon du futur empire familial Mitsui. Cette échoppe de vente au détail de vêtements ou gofukuya devient très vite un commerce florissant. 

Cette prospérité profite pleinement au clan Mitsui qui développe rapidement d’autres activités ; notamment des services financiers. Mistui réalise alors des opérations financières pour le compte du shogunat en convertissant les taxes payées en riz en argent. Mitsui est particulièrement célèbre pour avoir fondé une institution financière majeure au Japon, la banque Mitsui en 1876 ; et avoir exploité jusqu’en 1904 les grands magasins Mitsukoshi, les depâto héritiers de la boutique mère de Nihonbashi, Echigoya. 

Ces activités extrêmement lucratives permettent à la famille Mitsui de comptabiliser in fine 150 entreprises au sein de son zaibatsu avant la seconde guerre mondiale.

magasins- surugacho-edo-hokusai

Vue du magasin Echigoya Mitsui dans la rue Suruga à Edo (vers 1829-1833). Les « Trente-six vues du mont Fuji », 21e vue. Hokusai Katsushika

La collection d'un clan

Durant plus de trois siècles, les générations successives de Mitsui se succèdent à la tête du conglomérat d’entreprises. Mais la recherche du profit et le développement des activités familiales ne fut pas le seul leitmotiv du clan. Les Mitsui ont aussi ardemment et patiemment travaillé à constituer des collections d’art inestimables

Ainsi la nécessité de protéger ces œuvres fait naître la fondation Mitsui Bunko. Créée en 1965, celle-ci a pour mission de préserver et valoriser au mieux ce patrimoine culturel précieux ; non seulement aux yeux de la famille Mitsui mais également pour la nation toute entière. Pour ce faire, un musée, le Mitsui Bunko Annex, voit le jour en 1985 dans l’arrondissement de Nakano

En 2005, la fondation choisit de déplacer le musée et d’investir un lieu hautement symbolique : le siège social de Mitsui à Nihonbashi ; là où tout a commencé. Les collections prennent alors place dans un édifice néo-classique, conçu par les architectes américains Trawbridge et Livingstone en 1929. Ce bâtiment de style occidental, classé Bien culturel national important, jouxte la Nihonbashi Mitsui Tower ; un tout nouveau gratte-ciel construit de 2002 à 2005 et mesurant 192 mètres de hauteur. C’est d’ailleurs par cette tour de verre et d’acier que s’effectue l’entrée au musée mémorial Mitsui.


Le musée des trésors

Les collections Mitsui comptent plus de 4 000 œuvres et objets d’art : des peintures des écoles Maruyama et Shijo, des livres, des céramiques, des costumes de théâtre Noh, des ustensiles pour la cérémonie du thé, des épées et des calligraphies de maîtres du pinceau tel Fujiwara no Teika (1162-1241). 

Il s’agit bien là d’une collection exceptionnelle regroupant pas moins de 6 Trésors Nationaux et 75 Biens culturels importants. Citons parmi ces Trésors, les "Pins sous la neige" du peintre Maruyama Ôkyo (1733-1795) et le bol à thé shino "Unohanagaki" de la période Azuchi Momoyama (1573-1603). 

Outre les collections d’art japonais et asiatiques, le musée conserve une des collections philatéliques les plus importantes au monde. Ces 130 000 timbres, de toutes origines, ont été collectés par Mitsui Takaharu (1900-1983). 

jo-an-mitsui

Restitution du pavillon de thé Jô-an

Jō-an-inuyama

La maison de thé Jô-an à Inuyama

La reconstitution de la maison de thé Jô-an constituera à coup sûr l'un des moments forts de votre visite. Cette dernière construite en 1618 au Shoden Eigen-in, un sous-temple situé dans l'enceinte du Kennin-ji à Kyoto, sur ordre d'Oda Nagamasu (1547-1622), fut la propriété des Mitsui durant plusieurs décennies. Ce daimyo, élève du maître de thé, Sen-no-Rikyu y préparait le thé destiné à ses invités. 

C'est en 1901, que ce pavillon de thé fut vendu au zaibatsu. Mitsui Takahashi le fit alors installé dans sa résidence tokyoïte en 1908. L'homme d'affaires y organisa de nombreuses cérémonies du thé. Grâce à son transfert en 1937 à Oiso dans la préfecture de Kanagawa, le Jô-an échappa aux bombardements qui touchèrent la capitale nippone. 

Classée Trésor National en 1951, la maison de thé fut encore une fois déplacée au début des années 1970 dans la ville d'Inuyama par son nouveau propriétaire, la compagnie des Chemins de Fer de Nagoya ! Avant votre visite au musée, renseignez-vous sur le calendrier des cérémonies du thé qui se tiennent dans la réplique du Jô-an.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs