Le Musée national de l'art occidental   国立西洋美術館

Date de publication :
"Les Bourgeois de Calais", sculpture de Rodin

"Les Bourgeois de Calais", sculpture de Rodin

Oeuvre de Rubens

"Deux enfants endormis", oeuvre de Rubens

Oeuvre de Rodin

L'oeuvre de Rodin, la Porte de l'Enfer

Musée d'art-chitecture

Un musée incontournable pour les amateurs d’art classique et moderne, qui présente plusieurs siècles d'art européen et même d'architecture grâce à la conception du bâtiment par Le Corbusier, ce qui en fit le premier site classé Unesco à Tokyo.

Le Musée National de l'Art Occidental

Le Musée National de l'Art Occidental de Tokyo.

Les plus grands noms de l’Art

Le Musée national de l’art occidental de Tokyo propose une très grande collection d’oeuvres de la Renaissance jusqu’au XXè siècle, pour un parcours didactique à travers les siècles. 

Démarrage avec Le Tintoret, Vasari et Veronese dès le XIVè siècle. Puis Rubens, De La Tour et Fragonard au XVII/XVIIIè siècles pour arriver au XIXè avec Delacroix, Corot, Courbet, Manet et Rodin. Monet, Renoir, Van Gogh, Gauguin et Cézanne illustrent le début du XXè siècle, pour finir avec Miro, Pollock et Dubuffet.

Chaque année, trois grandes expositions temporaires sur des thématiques choisies sont présentées au public, avec des prêts venant d’autres collections.

À lire : Le Musée national des beaux-arts

Le Corbusier en plein Tokyo

Le bâtiment de ce musée est lui-même une oeuvre car il a été conçu par le plus célèbre architecte du XXè siècle, Le Corbusier, et a donc été classé en 2016 au patrimoine mondial culturel de l’Unesco. Edifié en 1959, Le Corbusier était au sommet de son art. Figure de proue du modernisme, ce musée bénéficiait de toutes ses idées novatrices, montage sur pilotis, larges fenêtres en bandeau, grands espaces au centre de l’escalier donnant sur toutes les salles. Ce musée influença toute une génération de designers et d’architectes japonais qui s’épanouirent en suivant ces préceptes.

Voir aussi : Les plus beaux buildings de Tokyo

Les tribulations d’une impressionnante collection

La collection d’oeuvres appréciable aujourd’hui au Musée d’art occidental provient de celle de Matsukata Kôjirô (1865-1950) qui était avant tout un très grand amateur d’art français. Cet homme d’affaire n’a eu de cesse d’acheter et de collectionner des oeuvres au début du XXè siècle à travers l’Europe. Il aurait ainsi amassé plus de 10 000 oeuvres en quelques années, avec l’idée de créer un musée au Japon pour montrer aux jeunes artistes japonais le meilleur de l’art occidental avec de vraies oeuvres. À partir de 1915, Matsukata Kôjirô commence son projet, avec l’aide de l’artiste britannique Frank Brangwyn. Après avoir acquis toutes ces oeuvres, plusieurs événements vont malheureusement affecter cette fabuleuse collection.

En 1927, un grave crise financière frappe brutalement le Japon, c’est la "crise financière Showâ", comme un avant-goût de la Grande Dépression mondiale des années 1930. Matsukata Kôjirô se voit contraint de se séparer de nombreuses oeuvres, les vendant pour éviter la ruine. Beaucoup d’oeuvres qu’il avait acheté en Europe sont stockées dans un entrepôt à Londres, un incendie lors des bombardements sur cette ville au début de la seconde guerre mondiale, en 1939, lui fait tout perdre d’un coup, et détruit des peintures exceptionnelles d’artistes prestigieux.

Des suites de cette guerre, la France fait saisir 428 oeuvres, en tant que bien d’un pays ennemi (le Japon faisait parti de l’Axe avec l’Allemagne et l’Italie). Conservées à l’origine au musée Rodin par son directeur, Léon Benédit, un ami de Kôjirô, il faudra que le traité de San Francisco tranche l’affaire pour que la France rende une grande partie des oeuvres que demandait le gouvernement japonais. 375 oeuvres reviendront au Japon, à condition que celui-ci construise un musée spécial pour les exposer.

Aujourd’hui, le Musée de l’art occidental recense plus de 5 500 oeuvres allant du XIVè au XXè siècle


Les Nymphéas de Monet

Les Nymphéas (1916) de Claude Monet

En 2017, on a retrouvé une oeuvre appartenant à la collection originale de Matsukata Kôjirô, dans les fonds du musée du Louvre. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agissait de l’un des Nymphéas (1916) de Claude Monet que le collectionneur japonais lui avait acheté directement. Il est actuellement en restauration au Musée national de l’art occidental pour y être exposé prochainement.

D'autres musées à Ueno :

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs