Le Nihon Minkaen   日本民家園

Date de publication :
suzuki_house

La maison Suzuki

sasaki_house

La maison Sasaki

ito_house

La maison Ito, la première maison installée au Nihon Minkaen

mobilier-minka

Objets de la vie courante et mobilier sont présentés dans les minka du musée

La conservation du patrimoine rural

À Kawasaki, le parc-musée Nihon Minkaen conserve une vingtaine de maisons traditionnelles de l’époque d’Edo en pleine nature. Un très bel exemple de préservation du patrimoine architectural rural nippon.

interieur-maison-ito

La minka s'organise autour du foyer

La volonté des hommes

En 1955, Kinya Sekiguchi, étudiant en 4è année d’architecture à l’université de Yokohama, mène des recherches sur le patrimoine architectural rural de Kawasaki pour sa thèse de fin d’études. Il y remarque la maison de la famille Ito, une minka au toit de chaume de la fin du XVIIè siècle et sensibilise les autorités municipales sur l’indispensable préservation des maisons traditionnelles. Il alerte notamment Ryonin Furue qui œuvre à la protection des biens culturels de Kawasaki. En mai 1964, les démarches des deux hommes aboutissent : la maison Ito est classée bien culturel important du Japon. Dans un ambitieux projet, M. Furue souhaite transférer les minka dans un parc-musée à Kawasaki afin de les préserver et éviter la possible dispersion de celles-ci dans tout l’archipel. Ce musée situé sur les collines de Tama en plein cœur de la forêt, le Nihon Minkaen, voit le jour en 1967. La sauvegarde de la maison Ito ayant abouti à la création du musée, elle est en toute logique la première minka à y être déplacée.  Pour la petite anecdote, à l’ouverture du Nihon Minkaen en avril 1967, aucun visiteur ne se présenta le premier jour pour admirer les trois minka installlées dans le parc. Mais ceci a fort heureusement bien changé : le Nihon Minkaen accueille désormais chaque année plus de 100 000 touristes !

Des minka de différentes régions

Un peu plus de 50 ans après son inauguration, que pouvez-vous y voir ? La ville de Kawasaki a recréé un véritable village d’une vingtaine de bâtiments historiques datant du XVIIè au XIXè siècle tels que des minka, des maisons de marchands, un moulin à eau, une échoppe sur pilotis, la cabane d’un passeur de rivière, une scène de kabuki… Les maisons aux styles architecturaux caractéristiques d’une région ou d’une époque sont réparties en cinq zones distinctes. 


Dans la première zone, présentée comme une ville-relais (shukuba) située le long d’une des principales routes du Japon comme le Tokaido ou Nakasendo, la maison Suzuki est une auberge au toit de chaume du début du XIXè siècle. Elle accueillait les marchands de chevaux et leurs bêtes se rendant aux sites de ventes aux enchères dans la préfecture de Fukushima. Dans le Shin’etsu no mura (village des régions de Nagano et Niigata), les maisons Sasaki et Emukai sont toutes deux classées biens culturels importants du Japon. Construite en 1731, la maison Sasaki au toit semblable à un casque de samouraï est de style kabuto-zukuri. Quant à la maison Emukai, c’est une ferme de style gasshô dont le toit rappelle les mains jointes durant la prière.

emukai_house

La maison Emukai

ota_house

La maison Ōta

La maison Ōta au toit si distinctif, dans la zone du Kanto, est un exemple remarquable du style buntô. Dans le village de Kanagawa, la maison Kitamura est l’une des plus importantes minka de l’archipel de par sa très belle architecture datée précisément de 1687. Enfin dans la zone du Tohoku abrite la plus ancienne magariya (ferme avec des écuries) encore existante de tout le Japon, la maison Kudō. La plupart des édifices, ouverts au public, donnent un aperçu de la vie de la population à l’époque d’Edo (1603-1868). Les outils, le mobilier et les machines présentes sont des témoignages supplémentaires du style de vie mené dans les anciennes campagnes japonaises.

Activités artisanales

Le Nihon Minkaen propose également tout au long de l’année des évènements liés à la culture traditionnelle comme des festivals, des ateliers d’artisanat (vannerie en osier et bambou, tissage, teinture indigo), des jeux anciens, des lectures de contes populaires dans des dialectes régionaux, des représentations de kabuki. Celles-ci se déroulent sur une ancienne scène rurale de la fin de l’époque d’Edo située à l’origine dans la péninsule de Shima. Elle dispose de tous les mécanismes traditionnels et permet d’accueillir des représentations de qualité. Pour ceux qui souhaiteraient en apprendre davantage sur les techniques de construction, les matériaux utilisés, les différents usages de ces bâtisses ancestrales et l’histoire du musée en lui-même, le hall d’exposition vous attend. Grâce à la volonté de deux hommes et la politique de préservation de la municipalité de Kawasaki, tout un patrimoine rural régional est superbement conservé et mis en valeur sur ses terres d’origine

À lire : L'art de la teinture indigo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs