Naritasan Shinsho-ji   成田山 新勝寺

Date de publication :
Le temple Narita-san

Le temple Narita-san

Les lanternes du Naritasan

Les lanternes du Naritasan

La pagode du temple Naritasan

La pagode du temple Naritasan.

Goodbye Japan

À deux pas de l’aéroport international, le Naritasan est reconnu depuis l’époque Edo comme l’un des plus importants lieux de pèlerinage du Kanto, plus de 3 000 000 de fidèles s’y pressent début janvier, mais demeure un lieu de calme et de ravissement le reste de l’année.

C’est votre dernier jour au Japon. Votre avion décolle en fin de journée de l’aéroport international de Narita. Voilà l’activité parfaite pour finir en beauté votre séjour, la visite au grand temple Naritasan.

À juste 10 minutes en train depuis l’aéroport, une pittoresque rue commerçante aux boutiques très attirantes mène de la gare au temple. 1000 ans d’histoire et un parc de 165.000 m² vous plongeront dans le Japon traditionnel avant de le quitter.

Magie, Magie

Le Temple Shingonshu (école bouddhique Shingon) fut fondé en 940 par Kanchô Daisôjô, disciple du célèbre moine Kûkai (774-835), figure très importante du bouddhisme au Japon. Il y apporta notamment une statue d’une divinité ésotérique Fudômyôô chargée de combattre les forces mauvaises.

On raconte que des rebellions auraient été matées grâce à son pouvoir magique. Elle est toujours présente dans le temple, protégée comme un trésor au cœur d’un bâtiment.
Le Shinsho-ji qui signifie « nouveau temple de la victoire » est construit pour vénérer cette divinité.

Tel père, tel fils

Lorsqu'Edo devint la capitale du Japon, le prestige du Naritasan s’agrandit.
En particulier grâce à un acteur de théâtre kabuki, Danjuro Ichikawa Ier du nom (1660-1704), dont le vœu d’avoir un fils fut exaucé après sa venue au temple.

Son succès dans le rôle de Fudômyôô jouant sur scène avec son propre fils attire le tout Edo vers le Naritasan. La mode est lancée !

Les alentours du temple se sont développés énormément pour y accueillir les visiteurs. Le commerce prospère.

L’ensemble du temple se compose de plusieurs bâtiments dont cinq sont inscrits au patrimoine culturel japonais. La porte d’entrée Niômon dont l’immense lanterne rouge est traditionnellement offerte par les poissonniers de Tsukiji, une pagode à 3 étages Sanjûnotô, puis les bâtiments Shakadô, Gakudô et Kômyôdô.

Le parc est très vaste et vallonné. La nature y est riche, luxuriante, très fleurie. Il y a trois étangs avec des carpes multicolores, bref ils constituent une promenade sympathique avant de prendre l'avion.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs