Pachinko Maruhan   マルハンパチンコ

Date de publication :
De jour comme de nuit, les allées du Maruhan à Shibuya ne désemplissent que rarement de joueurs.

De jour comme de nuit, les allées du Maruhan à Shibuya ne désemplissent que rarement de joueurs.

L'entrée du pachinko Maruhan, gigantesque temple du pachinko à Shibuya.

L'entrée du pachinko Maruhan, gigantesque temple du pachinko à Shibuya.

Au Pachinko Maruhan à Shibuya (Tokyo), les allées sont remplies de plus de milles pachinko

Au Pachinko Maruhan à Shibuya (Tokyo), les allées sont remplies de plus de milles pachinko.

Billes rutilantes et machines folles

Tel un gros cube, le Pachinko Maruhan arbore des façades colorées avec des héroïnes de mangas et de jeux vidéo d’où s’échappe un bruit continu et assourdissant. Venez tentez votre chance !

Situé au cœur de Shibuya, ce pachinko, permet de découvrir ce qui, à l’instar du karaoké, participe à la vie de bon nombre de Japonais. Ce lieu immense aligne mille cent machines dispersées sur cinq étages et pouvant accueillir quinze mille clients quotidiens.

Jeu au principe simplissime, peut-être même un peu trop, reconnaissons-le, le pachinko réfère tout d’abord à une machine de forme carrée, drôle de mélange entre une machine à sous et un flipper. Le joueur achète des petites billes en métal, les introduit dans la machine, exerce une pression sur la manière dont elles vont sortir et croise les doigts pour que ces dernières tombent dans les trous qui s’étalent sur la surface verticale où débouchent les billes propulsées, cette surface étant garnie de clous. Si certaines billes tombent dans lesdits trous, le pachinko se transforme alors en une machine à sous et trois images apparaitront sur la machine. Si les dessins sont tous identiques, une flopée de billes tombera, vous permettant de rejouer. Vous pouvez aussi échanger vos billes contre de petits lots tels que cigarettes, chewing-gum ou barres chocolatées. Même si cela est illégal, nombre de joueurs arrivent à échanger leur gain contre de l’argent dans les magasins attenants au pachinko, la direction de ces derniers étant souvent assurée par des membres de la mafia japonaise, les yakuza. Il est tout de même assez fascinant d’observer ces lignes de salarymen (employés en costume sombre et chemise blanche) se former devant l’entrée des pachinko le matin ou simplement de se balader dans les allées où s’alignent des centaines d’hommes concentrés sur leurs machines bariolées et hurlantes, impassibles sous la lumière crue des néons.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs