Sanctuaire Meiji-jingu   明治神宮

Date de publication :
Pour accéder au sanctuaire Meiji-jingu, il faut traverser un bois de cent mille arbres et passer sous le grand torii.

Pour accéder au sanctuaire Meiji-jingu, il faut traverser un bois de cent mille arbres et passer sous le grand torii.

Le sanctuaire Meiji-jingu est un témoignage de la reconnaissance des Japonais pour  l’empereur Meiji (1852-1912) et de son épouse, l’impératrice Shôken (1849-1914).

Le sanctuaire Meiji-jingu est un témoignage de la reconnaissance des Japonais pour l’empereur Meiji (1852-1912) et de son épouse, l’impératrice Shôken (1849-1914).

Moins fréquenté que le Sensô-ji, le sanctuaire Meiji reste un lieu de culte encore actif.

Hommage à Meiji

Isolé dans un écrin boisé au cœur de Tokyo, le Meiji-jingu est une perle du culte shintô et au centre de la vie culturelle tokyoïte.

Le Meiji-jingu est sans doute l’un des sanctuaires les plus symboliques de Tokyo. Situé dans le parc de Yoyogi, dans l'arrondissement de Shibuya, il fut achevé en novembre 1920 en l’honneur de l’empereur Meiji (1852-1912) et de son épouse, l’impératrice Shôken (1849-1914). Le sanctuaire Meiji-jingu est un témoignage de la reconnaissance des Japonais pour cet empereur, dont l’exemple le plus flagrant est le parc boisé qui l’encercle. Ce dernier compte plus de cent mille arbres envoyés par des habitants de tout l’Archipel afin d’honorer la mémoire de l’empereur Meiji.

Ce sanctuaire du culte shintô se compose de différents bâtiments dont le dernier, le Kaguraden, salle de musique et de danse, date de 1990. Pour y accéder, il faut traverser le bois qui l’entoure et passer sous le magnifique portail en cyprès, le torii, qui s’élève au seuil de l’enceinte.

Prier pour Meiji

Le Meiji-jingu est un lieu religieux encore en activité aujourd’hui et où il n’est pas rare d’assister à des mariages. Certains principes d’étiquette valent d’y être respectés comme la purification du corps avec l’eau ou le salut au torii et peuvent être consultés sur le site officiel du sanctuaire (en anglais).

Une fois dans l’enceinte du Meiji-jingu, des waka, forme de poésie japonaise, composés par l’empereur et sa femme et dont ils étaient particulièrement friands, sont offerts aux visiteurs. Des formulaires de kikanbun, lettres aux divinités (kami), et des ema, tablettes en bois porteuses de vœux, sont à la disposition de tous, moyennant une contribution pour les ema, avant d’être récupérés par les prêtres, qui adressent ensuite les messages aux kaki

Le Meiji-jingu est agréable à visiter en semaine car assez calme et peu fréquenté comparé aux temples tokyoïtes comme le Sensô-ji.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs