Yasukuni-jinja   靖国神社

Date de publication :
Le sanctuaire Yasukuni-jinja à Tokyo se place dans un environnement consacré à l’Histoire de la guerre au Japon.

Le sanctuaire Yasukuni-jinja à Tokyo se place dans un environnement consacré à l’Histoire de la guerre au Japon.

Le Daiichi Torii du sanctuaire Yasakuni (Tokyo) était le plus grand torii du Japon en 1921.

Le Daiichi Torii du sanctuaire Yasukuni (Tokyo) était le plus grand torii du Japon en 1921.

Le sanctuaire polémique de Yasukuni

Malgré ses airs paisibles, le sanctuaire Yasukuni-jinja à Tokyo est le théâtre de controverses régulières.

Le sanctuaire aux chrysanthèmes

Fondé en 1869, le sanctuaire de Yasukuni à Tokyo, commémore ceux qui sont morts pour le pays. 

Polémiques guerrières

Le Yasukuni jinja fut bâti en 1869 afin d'honorer les combattants japonais qui ont sacrifié leur vie et permis de ramener la paix au pays du Soleil-Levant depuis la restauration de Meiji (1868). Ce sont les noms de 2,5 millions de soldats qui sont inscrits dans les registres du sanctuaire, avec le lieu et la date du décès de chacun.

Ce sanctuaire shinto du "pays apaisé" est renommé pour les polémiques qu’il engendre chaque année le 15 août, jour de la capitulation japonaise de 1945. Certains Premiers Ministres avaient pris l’habitude de s’y rendre afin d’y commémorer la mémoire des soldats tombés pour l’archipel, alors que quatorze criminels de guerre y sont aussi honorés. 

Ce manque de tact a souvent ravivé les tensions du Japon avec les pays victimes de ses crimes, dont la Chine et la Corée du Sud. Le ton est donné dès l’entrée du sanctuaire où trône une statue de Masujiro Omura, l'un des initiateurs de la forme moderne de l’armée japonaise, encore aujourd’hui lieu de rassemblement des groupes d’extrême-droite.

Pour les visiteurs curieux sur l'histoire des guerres auxquelles le Japon a participé, le musée Yushukan présente de nombreux objets militaires de la restauration de Meiji à la Seconde Guerre mondiale. Il y a de nombreuses explications en anglais et bien sûr, tout est narré du point de vue japonais : une nouvelle façon d'appréhender les événements et le conservatisme nippon.

Voir : Yushukan, le musée de l'armée

Torii majestueux

Le sanctuaire en lui-même n’a pas de spécificités particulières, si ce n’est qu’il s’inscrit dans un environnement consacré à l’Histoire de la guerre au Japon. Il se caractérise aussi par ses impressionnants portails (torii) dont le premier, Daiichi Torii, était le plus grand portail du Japon lors de son érection en 1921, sans oublier le Daini Torii est le plus grand portail de bronze du pays. Ne pas manquer une charmante scène de théâtre nô à la droite de l’entrée principale. Les maisons de thé autour de l’étang à l’arrière du sanctuaire principal offrent un point de vue agréable pour apprécier le petit jardin à la japonaise.

À lire : Torii, le portail japonais

À noter aussi que le sanctuaire est entouré de centaines de cerisiers, dont l'arbre utilisé par l'agence météorologique japonaise pour déterminer la date de début de floraison chaque année ! C'est donc un endroit à voir au printemps durant le hanami.

Pour aller plus loin : Admirer les cerisiers en fleurs à Tokyo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs