Shibuya   渋谷

Date de publication :
Le carrefour de Shibuya (Tokyo) est l'un des lieux emblématiques du quartier.

Le carrefour de Shibuya est l'un des lieux emblématiques du quartier, et même de Tokyo.

La statut du chien Hachikô à Shibuya est un lieux de rendez-vous majeur.

La statue du chien Hachikô à Shibuya est un lieu de rendez-vous majeur.

Le Shibuya 109, paradis pour tous ceux qui aiment la mode.

Le Shibuya 109, paradis pour tous ceux qui aiment la mode.

Flashy, sexy ou trashy ?

Fréquenté par de jeunes adultes à la recherche des nouvelles tendances vestimentaires, Shibuya ne déroge pas à sa règle : épater la galerie !

Les victimes décomplexées de la mode arpentent les rues de Shibuya dans un cortège que les stylistes et sociologues étudient très sérieusement. C’est dans ce quartier de Tokyo, à la fin des années 1980, que Baby, The Stars Shine Bright, la célèbre marque de prêt-à-porter dédiée à la mode des Lolita et autres baby dolls, lance une ligne de vêtements et d’accessoires déconseillés aux adultes et aux fauchés. Le Shibuya 109, temple de la branchitude pour les Nipponnes nippées, concentre une centaine de boutiques de mode sur huit étages. Les shibuyettes, toujours à l’affût du bon coup, revisitent les canons de la beauté. Elles refaçonnent les lignes avant de les rompre, détournent les styles aussi vite qu’elles les renient. Branchées sur 10 000 volts, elles s’extasient devant des fripes aux motifs vintages, arborent des tenues exubérantes. Dans le quartier de Shibuya, les dépôts vente fleurissent comme les cerisiers au printemps. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas à Shibuya. Elles se vivent pour qui ose.

Shibuya, un centre névralgique

De la gare de Shibuya, la vue plongeante sur le carrefour, qui met en scène une chorégraphie rythmée à la seconde par des feux tricolores, subjugue les non-Tokyoïtes. Là, se croisent des milliers de passants, sous la lumière d’écrans géants et devant des automobiles sagement alignées jusqu’à leur top départ. Mais avant ce spectacle, il faut prendre le temps de considérer une fresque murale de OKAMATO Tarô (1911-1996), icône de l’art contemporain. L’œuvre gigantesque, nommée Myth of Tomorrow, après trente ans sur le mur d’un hôtel au Mexique, a été accrochée à Tokyo pour dénoncer l’horreur des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.

Le chien Hachikô

Pour se donner rendez-vous à Shibuya, il n’y a qu’un endroit : devant la statue du chien Hachikô. Au pied de la gare, l’animal, un Akita (race de chien japonaise), venait chercher son maître, un professeur de l’université de Tokyo, qui rentrait chez lui chaque soir par le train. Fidèle et ponctuel, il a attendu pendant des années l’homme qui, décédé, ne revenait plus. Les habitants du quartier, émus, ont décidé de rendre hommage à ce cher compagnon. Ils firent ériger une pièce en bronze à son honneur. Chaque année, le 7 mars, est organisée à Shibuya, une fête en sa mémoire. Wouah, wouah…

Ces autres quartiers de Tokyo pourraient vous intéresser :

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs