Sôgen-ji, le temple des kappa   曹源寺 (かっぱ寺)

Date de publication :
le temple Kappa-dera à Tokyo

le temple Kappa-dera à Tokyo

Une statue de Kappa recueillant de petites offrandes

Une statue de Kappa recueillant de petites offrandesUne statue de Kappa

Sôgen-ji, le temple des kappa, Tokyo

Sôgen-ji, le temple des kappa, Tokyo

Un temple folklorique

Sôgen-ji est un temple à l’allure très moderne. Cependant tout amateur de légendes se doit d’y faire un saut : il est dédié au plus célèbre personnage folklorique du Japon, le kappa.

À défaut de croiser des kappa en vrai, vous pouvez aller les honorer dans le temple qui leur est dédié.

Kappa ?

Le kappa (河童), est l’un des personnages les plus célèbres de la mythologie japonaise. C’est une créature amphibie  représentée comme une tortue anthropomorphique, avec un bec, des pieds et une peau de batracien. Le kappa vit dans l’eau douce. Il est réputé comme étant très poli mais il peut également s’avérer très dangereux : il attirerait parfois les humains, surtout les enfants, dans les eaux qu’il fréquente pour les noyer...

À lire : Les Kappa

Sôgen-ji : un temple zen

Sôgen-ji fut fondé aux alentours de Tokyo en 1588 par la l’école Sôtô du bouddhisme zen. Il fut installé dans divers endroits avant d’être reconstruit à son emplacement actuel en 1657, près d’Asakusa dans l’arrondissement de Taito. Du fait de sa proximité avec le fleuve Sumida, le quartier était sujet aux inondations et dans le folklore japonais, qui dit "eau" pense "kappa".

Voir aussi : Le bouddhisme au Japon

Vendeur de kappa et kappa philanthropes

La légende veut qu’au début des années 1800, Kihashi Kappaya, un marchand de parapluies et de kappa (une cape imperméable), ait utilisé sa fortune personnelle pour protéger les habitants des inondations. Il fit ainsi construire un système de drainage, des digues et des ponts. Tout cela, dit-on, avec l’aide des kappa qui vivaient dans le fleuve Sumida tout proche. Il est dit aussi que ceux qui pouvaient voir l’un de ces kappa prospéreraient dans les affaires. À sa mort, Kihashi Kappaya aurait été enterré dans le cimetière du temple. De cette légende découlent le surnom de "Kappa-dera" (temple des kappas en japonais) pour le Sôgen-ji et le nom du quartier voisin : Kappabashi.

Une légende et une créature toujours vivantes

Le temple possède une main de kappa momifiée et d’anciennes peintures sur rouleau représentant ces créatures mythiques  tandis que le plafond est décoré d’illustrations faites par des artistes aussi célèbres qu'Osamu Tezuka (créateur d'Astroboy). Hélas, le bâtiment est fermé au public. Cependant, pour avoir une idée de ce qu’est un kappa, on peut se promener dans son jardin qui renferme de nombreuses statues très variées de ce personnage folklorique.

Si vous visitez les lieux, ne soyez pas étonné(e) à la vue d’offrandes de concombres, elles sont destinées à amadouer les kappa qui en sont friands !

Statues d'un couple de kappa au temple Kappa-dera, Tokyo

Statues d'un couple de kappa au temple Kappa-dera, Tokyo

Un kappa extrait du livre Kyōka Hyaku-monogatari

Un kappa extrait du livre Kyōka Hyaku-monogatari

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs