Warabi Hadaka matsuri   和良 比はだか祭り

Date de publication :
Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Le festival de la boue

Tous les 25 février à Yotsukaidô, dans la préfecture de Chiba, a lieu un étrange festival où des hommes à moitié nus barbouillent des bébés avec une paille qu’ils ont trempée dans une mare de boue.

Située dans la préfecture de Chiba, à environ une heure de train de Tokyo, Yotsukaidô est une ville de banlieue bien ordinaire. Pourtant, tous les 25 février, s‘y déroule un étrange festival : Warabi Hadaka matsuri, littéralement le "festival nu Warabi" également appelé le "festival de la boue". Lors de cet évènement, des hommes à moitié nus tenant un bébé dans leurs bras se jettent dans une mare de boue pour y tremper une paille avec laquelle ils barbouilleront le bambin.


Une cérémonie d’origine shintô

La "fête" commence devant le petit sanctuaire shintô Mimusubi situé en haut d’une colline aux confins de Yotsukaidô. Malgré le froid mordant du mois de février, les participants ne portent qu’un fundoshi, petit pagne de tissu blanc servant de cache-sexe. Ils s’agglutinent devant le sanctuaire où, après une courte cérémonie durant laquelle le prêtre shintô "béni" la foule et les protagonistes, ils s'accapareront d'une longue paille sacrée

Il s’agit de prier pour les récoltes à venir et la bonne croissance des enfants.

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Les parents ou parfois leurs épouses, confieront leur bébé (entre quelques mois et maximum trois ans) aux "hommes nus" (ainsi dévêtus pour prouver leur bravoure par ce froid hivernal) afin qu’ils les barbouillent de boue, gage de bonne santé.


Une étrange procession

C’est alors qu’une étrange procession s’ébranle : les hommes nus portant chacun un bébé dans leurs bras, descendent à la queue leu leu la colline qui mène à une petite rizière réduite à l’état de mare boueuse. Ils y pénètrent précautionneusement et y trempent leur paille avec laquelle ils dessinent des marques sur le front du bambin, afin que ce rituel lui assure une bonne santé et le protège des esprits maléfiques

Dans la foule des spectateurs, nul ne semble douter de l’efficacité de cette méthode. Une fois le bébé barbouillé, les participants remontent jusqu’au sanctuaire pour le rendre à leurs parents et reprendre d’autres bambins, la coutume voulant que cet acte ait lieu au moins trois fois (chiffre de bon augure au Japon).

Un bain de boue

Une fois tous les bébés barbouillés de boue et ainsi protégés, les héros du jour se rassemblent devant un feu de bois où ils se réchauffent à grand renfort de verres de saké chaud. 

Cependant, leur tâche n’est pas entièrement achevée, le pire (ou le plus amusant ?) reste à faire.  Les ‘hommes nus’ devront aller se jeter dans la rizière de boue glacée, afin d’accomplir un acte de communion avec la terre censé apporter de bonnes récoltes. Ils dévaleront donc de nouveau la pente et se jetteront dans l’eau boueuse de la rizière, trois fois de suite

Là, ils formeront des groupes avec quelques hommes perchés sur les épaules des autres qui essaieront de faire tomber ceux du ou des groupes adverses. Une fois les groupes tombés, les participants remontent au sanctuaire, se réchauffent de nouveau au feu de bois et au saké et retournent s’ébattre de la même manière dans la boue. A chaque remontée, ils s’amusent à barbouiller copieusement de boue les personnes qui se trouvent sur leur chemin. L'ambiance est bon enfant et tout le monde est content, ça porte bonheur !

Les participants, de plus en plus transis, se réchaufferont encore un peu avant d'aller prendre une douche bien méritée!

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Warabi Hadaka matsuri , Yotsukaido

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs