Yushukan : le musée de l'armée   遊就館

Date de publication :
Le chasseur yushukan zero

Le célèbre chasseur Zéro de la Seconde Guerre mondiale est la pièce maîtresse du musée.

Le sanctuaire polémique de Yasukuni

Malgré ses airs paisibles, le sanctuaire Yasukuni-jinja à Tokyo est le théâtre de controverses régulières.

Photos de soldats de la Seconde Guerre mondiale

La dernière partie du musée est consacrée aux lettres des soldats japonais qui sont révérés au temple Yasukuni voisin.

Le Japon et ses démons

Situé dans le sanctuaire Yasukuni, le musée de la guerre est l’occasion de suivre l’évolution du Japon dans la période critique de la Seconde Guerre mondiale.

Situé sur la droite du sanctuaire de Yasukuni, le Yushukan expose dans un cadre moderne et rénové les collections militaires allant de la restauration Meiji (1868) à la fin de la deuxième guerre mondiale (1945).

Dédié à l’armée

Il s’agit d’un musée de l’armée, il est par conséquent orienté dans une vision patriotique favorable à l’armée. Vous n’y trouverez pas de mentions des crimes de guerre du Japon et de l’occupation de la Corée (qualifiés « d’évènements »). L’accent est plutôt mis sur les explications des causes et le sacrifice des soldats. C’est en ayant cela à l’esprit que vous devrez visiter ce musée, un regard distancié est recommandé.

Reliques du passé militariste

Les collections du musée présentent des souvenirs uniques : des reliques de la révolution Meiji qui ramena l’empereur au pouvoir (1868), la modernisation du Japon, les guerres contre la Chine, l’occupation de la Corée, la création de l’Etat de Mandchourie...

C’est en particulier la période de la Seconde Guerre mondiale qui nous intéressera. Le musée présente une panoplie de matériel impressionnante dont un chasseur zéro en état de marche ainsi que d’autres avions, engins amphibie, sous-marins, navires et pièces d’artillerie. On y trouve aussi des reliques ayant appartenu aux différents empereurs depuis Meiji.

Lettres de soldats

Le musée est inégal sur la traduction des cartels, mais la section sur les lettres de soldats, à la fin du musée, est entièrement traduite et offre aux curieux une vision directe de la guerre du côté des simples soldats japonais. Sans doute la partie la plus émouvante du musée.

Au final, le musée offre une vision instructive sur le passé du Japon mais aussi sur son présent. Une vision peut-être tronqué et polémique, mais qui mérite d’être observée.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs