L'auberge Naa   菜ぁ

Date de publication :
Quelques images des produits locaux au menu, dont le riz "hitomebore" et les edamame

Quelques images des produits locaux au menu, dont le riz "hitomebore" et les edamame

À l'auberge Naa, tous les plats sont le fruit d'une agriculture biologique locale

À l'auberge Naa, tous les plats sont le fruit d'une agriculture biologique locale

La famille Onodera, propriétaires de l'auberge Naa à Tsuruoka

La famille Onodera, propriétaires de l'auberge Naa à Tsuruoka

Du bio en famille

Déguster des produits bio et de saison au milieu des rizières de Yamagachi, c’est ce que propose la ferme-restaurant familiale Naa.

Les fenêtres de la salle à manger donnent sur les rizières de la plaine fertile du Shônai avec, en arrière fond, les courbes des trois monts sacrés de Dewa. À quelques kilomètres du centre de Tsuruoka, la ferme auberge Naa est perdue au milieu des champs.

Des produits locaux

"Ce que l’on mange ici est cultivé sur place ou dans la région", souligne le responsable des lieux, Onodera Norimasa. Sur la table, un bol de riz complet hitomebore ("amour au premier regard"), des feuilles de tsurumurasaki, un légume vert local proche de l’épinard, ou encore des plats saupoudrés de feuilles de chrysanthème.

De génération en génération

Onodera Norimasa, 35 ans, est la quatrième génération propriétaire de cette ferme de plus de 130 ans bâtie à l’ère Meiji (1868-1912). Il a travaillé sept ans dans une entreprise de chimie à Tokyo avant de revenir à Naa, "pour la qualité de vie et l’atmosphère". Depuis, il fait tourner la maison avec sa mère et son petit-frère.

Lire : Où manger végétarien à Tokyo ?

Manger dans une ferme est plutôt rare au Japon. "Ma mère cultivait en biologique et vendait ses produits sur le marché, raconte le jeune homme. Une fois que nous, ses cinq enfants, avons tous quitté la maison, elle s’est demandé pour qui elle allait désormais cuisiner. Elle a alors eu l’idée de ce restaurant."

Spécialités

Naa (菜ぁ), qui s’écrit en japonais avec le kanji signifiant légumes (), offre une belle occasion de goûter à des spécialités locales, tels les dadacha mame, des edamame (fèves de soja vert) du département de Yamagata, réputés les meilleurs, ou du thé préparé à partir de feuilles de néfliers, "excellentes pour la santé".

Avec une cinquantaine de couverts et deux chambres, l’établissement attire 9 000 visiteurs par an, principalement des touristes japonais et des locaux.

Lire aussi : KitchHike : mangez chez l'habitant

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs