Le temple Muro-ji   室生寺

Date de publication :
La pagode à 5 étages du temple Muro-ji.

La pagode à 5 étages du temple Muro-ji.

Le temple des femmes

Construit à la fin du VIIIe siècle à Uda, au nord de la préfecture de Nara, le Muro-ji abrite la plus petite pagode à 5 étages du Japon. Il est aussi l’un des rares temples Shingon à toujours avoir accepté les femmes.

Selon la légende, le Muro-ji aurait été fondé dans la forêt où le moine Kenkei venait prier pour la santé du prince Yamabe. C’est son disciple Shu-en qui aurait choisi la disposition des différents bâtiments, dispersés dans la montagne.


Le "Nyonin-Koya"


Le temple, situé dans la forêt de la montagne Muro-yama, n’est pas très fréquenté par les touristes. Il reste néanmoins célèbre pour avoir toujours accueilli des femmes, ce qui était rare au sein du courant bouddhiste Shingon, fondé par le moine Kûkai. C’est pourquoi on le surnomme le "Koya-san des femmes", en référence au temple principal de l’école Shingon (réservé aux hommes), situé dans la préfecture de Wakayama, à une centaine de kilomètres de là.

Les quatre trésors nationaux


Plusieurs éléments du site ont été classés "trésors nationaux", à commencer par le Kondo (bâtiment principal). Cette partie - la plus ancienne du Muro-ji (IXe siècle) - a été rénovée à l’époque d’Edo (1603-1868).

Le Kondo abrite un autre trésor : la statue de Shaka-Nyorai, datant de l’époque Heian (794-1185). Cette statue en bois, de plus 2,30 mètres de haut, représente le fondateur du bouddhisme, Shakyamuni, dans un état de profonde méditation.

La statue de Shaka-Nyorai représente le fondateur du bouddhisme.

La statue de Shaka-Nyorai représente le fondateur du bouddhisme.

Le Kondo, le bâtiment principal du Muro-ji.

Le Kondo, le bâtiment principal du Muro-ji.

La statue de Nyoirin-Kannon, déesse de la compassion.

La statue de Nyoirin-Kannon, déesse de la compassion

La pagode Muro-ji entourée de rhododendrons en fleurs.

La pagode Muro-ji entourée de rhododendrons en fleurs.

La statue de Nyoirin-Kannon, déesse de la compassion, daterait elle aussi de l’époque Heian. "Nyoirin" correspond en fait aux objets que la déesse tient dans ses mains : une pierre précieuse porte-bonheur et une roue, qui lui donneraient notamment un pouvoir de longévité.


Dernier trésor national : la fameuse pagode à 5 étages, réputée pour sa beauté… et sa petite taille ! Ses 16 mètres de haut (et moins de 3 mètres de large) en font même la plus petite pagode du Japon. Endommagée par la chute d’un arbre lors d’un typhon en 1998, la pagode a été rénovée pendant 2 ans.

Une statue visible une fois par mois


Les plus courageux graviront les 700 marches ornées de rhododendrons de l’escalier surnommé "Yoroizaka" ("pente des armures") jusqu’à l’Oku-No-in. Ce bâtiment, situé tout en haut des marches, est dédié à Kûkai, le fondateur de l’école bouddhiste Shingon. Sa statue sacrée, construite à la fin de l’époque Kamakura (1185-1333) est visible le 21 de chaque mois. Elle a été classée Bien Culturel Important.

Les couleurs du Muro-ji à l'automne.

Les couleurs du Muro-ji à l'automne.

Deux périodes se prêtent particulièrement à la visite du Muro-ji : entre avril et mai, lorsque les milliers de rhododendrons sont en fleurs ou à l’automne, lorsque les érables se teintent d’un rouge flamboyant.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs