Théâtre national de bunraku   国立文楽劇場

Date de publication :
Théâtre Bunraku

Poupée du théâtre Bunraku.

Théâtre Bunraku

Le théâtre de Bunraku d'Osaka.

Retour aux sources

Osaka a eu son âge d’or et a accompagné celui du bunraku. Mais la première a surtout donné naissance à la forme la plus aboutie du second et possède une salle qui perpétue la tradition de ce théâtre de marionnettes parmi les plus sophistiqués au monde.

A Osaka, pour chaque représentation, le bunraku est autant célébré que célébrant. Célébré parce que la tradition se perpétue, célébrant car durant une pièce, un hommage implicite est rendu à la ville-berceau de cet art scénique, né au XVIIe siècle ici même, avec pour comédiens des marionnettes.

Osaka, là où le bunraku aboutit

Lorsqu’en 1684, le chanteur GIDAYÛ Takemoto (1651-1714) inaugure à Osaka le théâtre Takemoto-za dans le quartier de Dotonbori, la forme la plus aboutie du Bunraku, celle que nous connaissons aujourd'hui, naît.

Ouvert en 1984, le Théâtre national de bunraku est construit sur les vestiges d’un ancien petit théâtre du début du XIXe siècle, lui-même érigé par un célèbre fabriquant de marionnettes. Le lieu comprend deux salles principales : le Théâtre de bunraku accueille un peu plus de sept-cent-cinquante spectateurs. S’y jouent toutes formes d’art scénique, du bunraku évidemment, mais aussi du kabuki, du buyo (danse traditionnelle), du hogaku (musique japonaise) ou encore des pièces folkloriques.

Un autre espace compte cent soixante places et accueille principalement des représentations d’engei, une autre forme de spectacle traditionnel très populaire et diverses manifestations culturelles, concerts, danses…

Les pièces de bunraku ont lieu en janvier, avril, juin, juillet, août et novembre. Chacune est jouée pendant deux à trois semaines environ lors de deux spectacles, généralement à 11h et à 16h. Des traductions sont disponibles pour certains programmes qui peuvent être suivis en anglais. Et qui perdent ainsi de leur charme.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs