Musée Hida-no-sato   飛騨の里

Date de publication :
Maison traditionnelle de Hida-no Sato, à Takayama

Maison traditionnelle de Hida-no Sato, près de Takayama

Musée Hida-no-sato

Maison traditionnelle du cité-musée Hida no Sato.

Sarubobo de Takayama

Sarubobo, amulette japonaise de la ville de Takayama.

Arrêt sur village

Peu de cités-musées semblent aussi vivantes que Hida-no-Sato, qui attire autant pour ses maisons traditionnelles que pour son artisanat. Dommage que les visiteurs ne puissent y passer la nuit.

Dix minutes à peine à vol d’oiseau depuis le centre de Takayama et la colline où siège le village de Hida (Hida-no-Sato) se dévoile. D’anciennes bâtisses bigarrées y encerclent un étang habité par des cygnes avec vue sur la vallée de Takayama et les Alpes japonaises. Les curieux se pressent de tout le pays pour venir admirer des maisons qui datent pour certaines d’il y a plus de cinq cents ans. 

De modèle gasshô-zukuri, leur toit en forme de mains jointes, comme pour prier, se compose de chaume et de bardeaux. Habitations rustiques, ces chaumières bien célèbres au Japon se trouvaient surtout dans les régions montagneuses. Toutes ont été amenées intactes au village Hida, afin de mieux les préserver et beaucoup portent le statut de biens culturels nationaux importants du folklore. 

Dans un souci pédagogique et de conformité, de nombreux outils utilisés dans les temps anciens ont été placés à l’intérieur de chaque maisonnette afin de mieux recréer l’atmosphère de la vie quotidienne de ces périodes. Les détails y ont leur importance puisque tous les matins, un feu est même allumé dans la cheminée de chaque bâtisse.

A chaque maison son artisan

Le Japon abonde de précieuses techniques artisanales jusqu’à nos jours conservées. Parmi les plus connues figurent le travail de la laque ou la sculpture sur bois mais ici sont aussi abordées les manières de construire ces toits de bardeaux si particuliers. Le public ne fait pas qu’assister aux démonstrations mais peut y prendre part dans de nombreux ateliers. Confectionner des bougies ou des biscuits de riz ravit ainsi grognons et enthousiastes. 

Passage obligé, le musée de la vie montagnarde approfondit quant à lui les modes de vie dans les Alpes japonaises. Signe que Hida-no-Sato est bien vivant, le village se met à la fête à l’occasion de chaque grand événement rythmant le calendrier nippon, du Nouvel An au festival des étoiles Tanabata, sans oublier les célébrations liées à la moisson du riz en automne. De quoi donner envie de tout quitter et de prendre de la hauteur.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Mrs

Ce village musee est magnifique et vzit absolument le detour