Takayama Jinya   高山陣屋

Date de publication :
Takayama jinya

Exposition du musée de Takayama Jinya.

Takayama Jinya

Entrée de la propriété Takayama Jinya.

Une demeure pour les gouverner tous

La région de Takayama a toujours été d'une grande richesse : bois, métaux précieux et minerais ; les ressources naturelles du site ont fait bien des envieux pendant des décennies...

Au cœur de la ville se dresse une imposante porte ornée de tissus violets. Un mur d'enceinte impénétrable entoure la propriété, de sorte que les curieux doivent entrer pour assouvir leur curiosité.

Ce lieu, appelé Takayama Jinya, est l'ancienne demeure du gouverneur de la province (le daimyô). Dans cette région aux richesses abondantes, le shôgunat envoya, en 1692, un représentant. Son rôle était d'administrer la province en y rendant la justice et en s'assurant que l'impôt sur le riz était bien prélevé puis stocké dans les greniers à grains, collés aux flancs de la demeure. L'apparition de cette entité décisionnelle imposa la puissance du shôgun dans cette vallée proche de Kyoto, l'ancienne capitale, obtenant ainsi le monopole des ressources de la zone de Hida. Au comble de sa gloire, le gouvernement d'Edo possédait une soixantaine de Jinya dans tout le pays, mais celle de Takayama est la seule qui soit encore debout aujourd'hui.

Après la restauration de Meiji, en 1868, l'édifice devint le centre de l'administration préfectorale, gardant un fort pouvoir. Mais en 1969 le bâtiment fut classé et ouvert au public, se transformant ainsi en un musée qui illustre la vie typique d'un daimyô de l'époque d'Edo (1603-1868). Une promenade pieds nus à travers les enfilades de pièces au sol de tatamis fait découvrir à travers le mobilier et les objets exposés une époque désormais révolue. Cuisine, salle de réunion, pièces à vivre et salle d'interrogatoire, chaque aspect de la vie du gouverneur est représenté. Les portes coulissantes s'ouvrent sur de délicieux jardins miniatures qui reposent les yeux et permettent une évasion l'espace d'un bref instant, avant de continuer la visite vers la pièce suivante. Lors de votre passage, faites la chasse aux lapins noirs, emblèmes en métal appliqués un peu partout dans la résidence qui servaient à cacher les clous. Symbole du souverain bienveillant, ses longues oreilles permettent d'écouter les besoins du peuple.

Ce dédale de pièces mène ensuite aux entrepôts qui servaient à stocker les différentes ressources taxées par le gouvernement. Tous les matins, un marché se tient devant l'entrée du Takayama Jinya, joli prétexte pour des emplettes locales avant une belle incursion dans l'histoire.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs