Le temple Senso-ji à Asakusa   浅草寺

Date de publication :
Senso-ji

La porte Hozomon et la pagode

Senso-ji

Bâtiment principal du Senso-ji de nuit

Senso-ji, le plus vieux temple de Tokyo

Situé dans le quartier d’Asakusa à Tokyo, non loin de la rivière Sumida, le temple bouddhiste Senso-ji est particulièrement apprécié des Japonais mais suscite également l’intérêt des touristes. Partez à la découverte de cet imposant et incontournable site culturel japonais.

Le Senso-ji et la déesse Kannon

Le temple Senso-ji d'Asakusa est dédié à la déesse bouddhique Kannon.

Kannon, une boddhisattva (être qui a atteint l’état d’éveil mais qui a choisi de mettre en sursis son statut de bouddha), est très populaire au Japon car elle incarne la compassion. Si à la base, Kannon (dont le nom originel est Guanyin, Kannon étant la version japonaise) est de sexe masculin, ce boddhisattva est vénéré sous sa forme féminine au Japon et en Chine.

Le temple est très populaire auprès des tokyoïtes qui accordent une grande importance à Kannon. Le Senso-ji en lui-même est imposant puisqu’il est érigé au centre d’un complexe bouddhique dont l’enceinte englobe des rues entières du quartier d’Asakusa.

Le temple Senso-ji et ses portes

Le temple fut fondé en 645, après que deux frères eurent trouvé une statuette de Kannon dans les eaux de la rivière Sumida.

Le Senso-ji actuel est une reconstruction de 1958, l’original ayant été détruit lors des bombardements américains de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mars 1945. Tout fut rebâti à l'identique, avec des matériaux plus solides (le toit du bâtiment principal est aujourd'hui en titane). De plus, d'importants travaux de rénovation eurent lieu en 2016 et 2017 : aujourd'hui, le temple, sa pagode et ses deux portes brillent de mille feux, même de nuit. Avec son caractère très traditionnel et sa taille impressionnante, le Senso-ji est un classique de Tokyo, apprécié des touristes et des Japonais.

L’entrée du sanctuaire est constituée d’un impressionnant portail, la Kaminarimon ("Porte du tonnerre"), auquel est suspendue la lanterne de papier rouge la plus grande du Japon, qui pèse pas moins de 700 kg. Cette grande porte, installée sur l'avenue principale du quartier d'Asakusa, marque l'entrée du sanctuaire. La foule y est souvent compacte !

Au bout de cette allée, vous pourrez apercevoir la monumentale porte qu'est la Hozomon ("Porte de la salle aux trésors"). Elle abrite deux grandes statues de Nio, gardiens traditionnels du Bouddhisme japonais, arborant un visage menaçant et chargés d'empêcher les démons de pénétrer les lieux. Les Japonais ont pour habitude de toucher leurs sandales de pèlerin démesurées, les o-waraji, qui sont réputées porter chance et bonheur.

Le hondô (bâtiment principal) se laisse ensuite découvrir, rutilant, et précédé d'un grand encensoir, le jokoro. Les fidèles ont pour habitude de se "baigner" dans la fumée d'encens, censée posséder un pouvoir thérapeutique. À gauche du hondô s'élève la pagode à 5 étages, récemment rénovée.

Senso-ji

Sur la Nakamise-Dori

Senso-ji

Le hondô et l'encensoir

Une fois atteint le bâtiment principal du temple, la salle dite "de la déesse" (Kannon-do), en haut d’une volée de marches, il est respectueux de s’incliner devant l’autel et de joindre ses mains puis de déposer dans un tronc une pièce de monnaie, une obole en hommage à Kannon. La statue de la déesse ayant donné sa célébrité au temple Senso-ji n’y est pourtant pas visible et repose dans la "salle du trésor", à laquelle n’accèdent que les clercs.

Visiter la Nakamise-dori

Le visiteur découvre ensuite une ruelle commerçante à ciel ouvert, bien souvent emplie de touriste, qui s'étend sur près de 250 mètres. Il s'agit de la Nakamise-dori, où se côtoient stands de souvenirs, d'objets traditionnels et de friandises à déguster sur le pouce. Vous y trouverez de tout, dans un joyeux fourmillement où il faut savoir jouer des coudes : tissus japonais, souvenirs, jouets, carillons et lanternes, vêtements, ombrelles, théières... mais aussi street-food et pâtisseries permettant de découvrir la gastronomie japonaise. Ne manquez pas de goûter à un Ningyo-yaki, ce petit gâteau typique d'Asakusa, fourré à la pâte de haricot de rouge et moulé selon des formes typiques (notamment en forme de pagode !).

Au bout de cette allée, la monumentale s’offre à la vue, la Hozomon (porte de la salle aux trésors), attrayante de par ses deux statues de Nio, le gardien du Bouddha, et ses deux sandales de pèlerin démesurées, les o-waraji, portant chance et bonheur à ceux qui les touchent. 

Senso-ji

Le temple et la pagode

Senso-ji

La grande porte Hozomon

La grande lanterne du temple Sensô-ji d'Asakusa à Tokyo

La grande lanterne du temple Sensô-ji d'Asakusa à Tokyo

Senso-ji

Sur la Nakamise-Dori

À ne pas manquer autour du temple Senso-ji

L’intérêt du Senso-ji ne repose pas uniquement dans la salle principale mais aussi dans la pagode à cinq étages visible à la gauche du temple, la deuxième plus haute du Japon après celle du temple de Toji, au sud de Kyoto

Le méconnu temple Asakusa-jinja à la droite de la salle principale est aussi le théâtre du festival shintô le plus célèbre du pays, le Sanja Matsuri. Autre merveille du Senso-ji, légèrement à l’écart et petit havre de tranquillité, le jardin japonais du temple, derrière la pagode, est une étape adéquate pour échapper à la foule et se perdre dans la contemplation des carpes de l’étang artificiel.

Le Senso-ji, ses portes et sa pagode se révèlent aussi à la nuit tombée, à l'apparition de très belles illuminations (jusqu'à 23h), propices à de splendides photos. Ne manquez pas non plus de monter au sommet de l'Office du Tourisme (qui se trouve en face de la première porte, la Kaminarimon) et qui permet de profiter d'une belle vue sur l'artère commerçante, le Senso-ji, mais aussi sur la Tokyo Skytree.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs