Les médias japonais   日本のメディア

Date de publication :

Siège du journal Yomiuri Shinbun

Article portant du Asahi Shinbun du 21 mai 1936

Remise du prix Asiavision à la NHK en 2009

L'information au Japon

Les médias japonais sont symbolisés à l'étranger par le mastodonte de l'information NHK, qui se décline sous plusieurs formats médiatiques. Pour autant, le Japon existe aussi à travers d'autres grands fournisseurs d'information.

NHK, l'inévitable

La NHK, ou Nippon Hôsô Kyôkai ("Compagnie de diffusion du Japon") est le premier groupe audiovisuel du pays, ainsi que le seul qui soit public. Le groupe possède entre autres des chaînes satellites, une chaîne généraliste fournissant des informations locales, nationales et internationales, des chaînes internationales ainsi que trois stations de radio. En moyenne, le groupe possède une audience correspondant à 27% du public japonais. Son importance au Japon peut le faire comparer à un groupe de médias tels que la BBC.

Lire aussi Regarder la télévision japonaise

Journal télé de NHK

La télé japonaise peut aussi être terriblement sérieuse comme le très sobre JT de la NHK

Illuminations de Noël à Yomiuriland

Illuminations de Noël à Yomiuriland

Les mastodontes du journal papier

Contrairement à beaucoup de pays occidentaux, la presse papier continue à subsister au Japon, et pas qu'un peu. En effet, les deux journaux les plus lus au monde sont le Yomiuri Shinbun (journal conservateur) avec environ 10 millions de lecteurs quotidien et le Asahi Shinbun (journal de tendance de gauche) avec près de 8 millions de lecteurs. Le premier est un véritable groupe économique qui possède une équipe de base-ball ainsi qu'un parc d'attractions, le second est un journal de référence pour le monde intellectuel japonais. S'ajoute à ces deux piliers le Nihon Keizai Shinbun ("journal

économique du Japon") avec un tirage de 2,7 millions de journaux quotidiens, journal qui est par ailleurs celui des cadres et des patrons japonais. Preuve de sa puissance, le journal possède depuis juillet 2015 le Financial Times, acquis pour près de 1,2 milliards d'euros.

Lire aussi : Le Yomiuri land

La radio, le parent pauvre des médias japonais ?

Le paysage radiophonique est dominé par la NHK, qui possède trois chaînes de radio. Derrière, on recense une centaine de radios commerciales et environ 300 chaînes associatives, ce qui donne un total assez faible comparativement aux autres pays développés. Certains facteurs ont été avancés pour expliquer cette absence relative de développement (stricte régulation de la loi japonaise, désintérêt des jeunes ou présence fréquente d'un écran sur le tableau de bord). Pour autant, avec le tsunami de 2011 durant lequel seule la radio permettait de communiquer dans certaines endroits, un regain d'intérêt voit le jour pour ce medium.

Bâtiment de la station de radio TBS

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs