Le Mont Sacré du Koyasan   高野山

Date de publication :
Koyasan, Wakayama

Koyasan, Wakayama

Koyasan, Wakayama

Jardin sec à Koyasan, Wakayama

Koyasan, Wakayama

Koyasan, Wakayama

Mont Koya : Une cité religieuse aux traditions séculaires

Sans doute le plus mystique des monts sacrés du Japon, Koyasan ne se décrit pas mais se vit. Cité religieuse longtemps refermée sur elle-même, ses temples-auberges et sa forêt-nécropole invitent à la spiritualité.

Direction Mont Koya, lieu sacré de pèlerinage

La montagne de Koyasan (Mont Koya), dans la préfecture de Wakayama, est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO comme l'un des sites sacrés et des chemins de pèlerinage de la chaîne de montagnes Kii. Koyasan se trouve sur la magnifique péninsule boisée de Kii et se caractérise par de longues avenues de grands cèdres japonais et des centaines de temples et de jardins de temples.

Derrière les vitres du train régional au départ d’Osaka, destination le Mont Koya, les paysages bucoliques défilent. Bientôt, les habitations se font rares et les collines revêtent un manteau boisé, hermétique. La Nature est omniprésente. Peu de personnes arrivent au terminus, au pied du mont. 

Là, un funiculaire rouge et blanc, semblable à un jouet d’enfant, élève ses passagers jusqu’à la cité monacale, au travers de tunnels d’hortensias. Le voyage ne touche pas encore à sa fin puisque les derniers kilomètres, sacrés, ne peuvent être parcourus à pied. Koyasan ne s’offre pas aisément et c’est en bus que les visiteurs arrivent à destination, au cœur de la ville. Autrefois, les pèlerins pénétraient l’enceinte sacrée par la Daimon, l’ancienne porte, alors que les femmes, qui n’eurent accès au complexe qu’en 1872, s’arrêtaient au Nyonindo.

Histoire de Koyasan

La montagne de Koyasan est un lieu de pèlerinage important pour les adeptes de l'école bouddhiste Shingon. Le bouddhisme Shingon est une forme de bouddhisme ésotérique ou tantrique introduite au Japon au 9ème siècle par le moine Kukai (774-835), qui était connu après sa mort sous le nom de Kobo Daishi.

C'est une figure mythique de l'histoire du Japon, à laquelle on attribue l'invention de l'écriture hiragana, ainsi qu'un éminent érudit, fonctionnaire de la cour, poète, linguiste et calligraphe. Après avoir reçu l'autorisation de l'empereur Saga de construire un complexe de temples Shingon et une retraite religieuse à Koyasan, les travaux ont commencé sur le site en 816.

Les moines de Koyasan

Les moines de Koyasan

Pèlerinage et tourisme au Mont Koya

Devise de la cité lors de sa fondation, elle n’en est devenue que plus vraie lors du recours de Koyasan au tourisme au milieu du XXème siècle. Les temples pratiquant le shukubo, hébergement jusqu’alors réservé aux pèlerins, se transformèrent vite en hôtels aux chambres dotées de télévisions et eurent un succès fou. La marchandisation du sacré n’a pas épargné le Mont Koya et il n’est pas rare de croiser des moines en soutane partis faire leurs courses au volant de leurs voitures de luxe. Aujourd'hui, les hébergements du Mont Koya affichent vite complet au printemps et en automne.

Pourtant, l’esprit de Koyasan est toujours bien présent. Même rattrapée par la modernité, la communauté vit toujours hors du temps. La spécialité locale, le gomadofu, se fabrique ainsi encore selon les plus anciennes traditions à la boutique Hamadaya et en 2004, la ville a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Même les mauvaises langues ne peuvent nier l’expérience unique et profondément spirituelle que constitue un séjour à Koyasan. Après un jour ou une année, impossible de remettre les pieds sur terre inchangé.

Les temples du Mont Koya, et ce qu'il y a à voir à Koyasan

Parmi les sept mille habitants de Koyasan, près de la moitié sont des moines et le reste se compose de leur famille, issue des mariages survenus après l’arrivée des femmes. Avec encore 110 temples actifs, la cité, quartier général de l’école bouddhique shingon, reste un centre religieux influent. 

  • Les visiteurs entrent dans Koyasan par la vaste porte vermillon de Daimon, qui est protégée par deux redoutables guerriers Kongo en bois. Par temps clair, la porte Daimon offre une vue magnifique sur le quartier Kii environnant.

  • La pagode Konpondaito, d'une hauteur de 48,5 mètres, a été construite pour des rituels ésotériques et abrite cinq images sacrées du Bouddha. La structure actuelle date de 1932, la pagode ayant été détruite par le feu à plusieurs reprises.

  • Le Kongobuji, temple où réside le plus haut prêtre de Koyasan, sert de porte-parole à la communauté religieuse. Cette dernière se centre principalement sur le culte du fondateur de la secte shingon, Kûkai (774-835), plus connu au Japon sous le nom de Kôbô Daishi. Figure incontournable du bouddhisme nippon, il inspire toujours le plus grand respect aux habitants et aux bouddhistes en général qui ne manquent pas de lui rendre hommage, comme lors de l’Aoba Matsuri, fête célébrant sa naissance. Fondé par le seigneur de guerre Toyotomi Hideyoshi à la mort de sa mère et reconstruit en 1861, le temple Kongobuji contient des peintures sur écran de Kano Tanyu et d'autres peintres de l'école Kano de Kyoto.

  • Le jardin de rochers de Banryutei, dans l'enceinte du temple Kongobuji, est le plus grand du Japon avec 140 pierres de granit disposées de manière à suggérer une paire de dragons émergeant des nuages pour protéger le temple.

  • Au nord de Kongobuji se trouve le temple de Nyonindo, sur la route de la station de téléphérique. Les femmes n'étaient pas été autorisées à entrer à Koyasan avant 1873 (bien que la pratique d'interdiction d'entrée ait continué jusqu'en 1916) et ce petit temple marque l'endroit où les femmes pouvaient pratiquer leur culte, sans aller plus loin.

  • Kondo Hall est censé être le site où Kukai a donné ses premiers sermons et est considéré comme l'un des lieux les plus sacrés de Koyasan.

  • À l’ouest, s’étend "l’enceinte sacrée", Danjo Garan, construit sur le site du temple original de Kukai, aux nombreux édifices religieux et à la pagode vermillon qui toise majestueusement les curieux de passage.

  • Jalouse, Koyasan a placé ses biens les plus précieux au sein d’un musée, le Reihôkan, afin de les préserver au mieux du temps et du mauvais commerce. Les expositions du musée, qui comprennent des peintures, des statues, des mandalas et d'autres objets religieux tels que des vajra (sceptres rituels) et des chapelets, sont renouvelées cinq fois par an.

  • Le tombeau de la famille Tokugawa a été construit par le troisième shogun de l'époque d'Edo, Tokugawa Iemitsu. Le premier shogun Ieyasu et son héritier Hidetada y sont tous deux enterrés.

Le cimetière Okunoin

Les légendes entourant l'existence de Kôbô Daishi abondent et nombreux sont ceux qui le croient toujours en vie, méditant au plus profond du cimetière de l’Okunoin, là où se trouve son mausolée. Recouvrant une grande partie de l’est de la ville, cette forêt aux mille sépultures n’est pas sans participer à l’aura mystérieuse du Mont Koya.

Okunoin, (ou le "Temple intérieur") est le cimetière de Koyasan : une magnifique et mystérieuse nécropole de vastes cèdres et de pierres tombales moussues à l'est du centre de Koyasan.

Les 500 000 tombes du plus grand cimetière du Japon, selon les estimations, comprennent les tombes de personnages historiques importants. La plus célèbre est celle de Kobo Daishi, dont le mausolée se trouve ici. C'est également le lieu de repos du seigneur de guerre Oda Nobunaga, et des moines Dogen, Honen, Nichiren et Shinran. On y trouve également des monuments aux morts et même les tombes de certaines sociétés japonaises importantes (Kirin Beer, Nissan, Toyota).

Il existe des promenades nocturnes guidées en anglais à travers Okunoin. Les billets peuvent être achetés au temple d'Eko-in et commencent à 19h15 le soir même, en fonction de la disponibilité d'un moine pour guider votre groupe, et du temps qu'il fait.

Comment se déplacer dans Koyasan ?

  • En bus

Il existe des services de bus locaux entre la station de téléphérique et Ichi-no-hashi.  La location de vélos à Koyasan est une autre option pour se déplacer et peut être louée auprès de l'office du tourisme de Koyasan.

  • En voiture

La location de voiture est une bonne option pour explorer le Koyasan et la région voisine de Kumano Kodo. Des voitures peuvent être louées à l'aéroport de Nanki-Shirahama et à la gare de Kii-Tanabe. Le trajet de la gare de Kii-Tanabe à Koyasan dure trois heures.

Koyasan, Wakayama

Koyasan, Wakayama

Comment se rendre à Koyasan ?

  • En avion

L'aéroport international du Kansai (KIX) d'Osaka est l'aéroport international le plus proche. 

Il y a quelques vols quotidiens de l'aéroport de Haneda à l'aéroport de Nanki-Shirahama, à environ 3 heures de route de Koyasan.

  • En train

Koyasan est à environ 90 minutes de train de la gare d'Osaka Namba par la ligne Nankai Koya jusqu'à la gare de Gokurakubashi, puis par le téléphérique jusqu'à Koyasan. Les trains Limited Express mettent environ 45 minutes pour aller d'Osaka à Hashimoto, puis changent pour un train local jusqu'à la gare de Gokurakubashi (environ 40 minutes). 

De Wakayama à Koyasan, prenez la ligne JR Wakayama jusqu'à Hashimoto, puis changez pour la ligne Nankai Koya.

De Kyoto et Kobe à Koyasan, il est plus rapide de passer par la gare d'Osaka. Il y a des trains de la ligne Kintetsu jusqu'à la gare Namba depuis Nagoya qui prennent 2 heures ou prenez le shinkansen jusqu'à la gare Shin-Osaka (50 minutes) et changez ensuite pour la ligne de métro Midosuji pour des correspondances vers le sud jusqu'à Osaka.

Si vous souhaitez utiliser le Japan Rail Pass pour la plus grande partie de votre voyage depuis Kyoto, prenez un train JR jusqu'à la gare d'Osaka et la ligne de la boucle d'Osaka jusqu'à Shin-Imamiya, puis changez pour la ligne Nankai Koya à Shin-Imamiya.

De la gare de Gokurakubashi, le téléphérique prend cinq minutes pour rejoindre Koyasan. Il coûte 510 yens pour un aller simple. En semaine, le premier téléphérique est à 5h27 et le dernier à 22h42 dans les deux sens.