Les artisanats traditionnels du Kansai   関西の工芸品

Date de publication :
Atelier de tour de potier à Shigaraki.

Atelier de tour de potier à Shigaraki.

L'artisanat du quartier de Gion à Kyoto.

L'artisanat du quartier de Gion à Kyoto.

osaka-ranma

Sculpture d'Osaka-ranma

cérémonie du thé

Bol de matcha, poudre de matcha et fouet

Des objets d’exception : à la découverte des artisans du Kansai

Vivre le Japon met à l’honneur l’artisanat du Kansai à travers une sélection de 6 industries artisanales traditionnelles protégées. Découvrez les savoir-faire uniques et les objets d’exception de cette région qui fut au cœur de la vie politique et culturelle de l’archipel durant plus de 1 000 ans.

Les industries artisanales traditionnelles protégées

Depuis la promulgation de la loi sur la promotion de l’artisanat traditionnel de 1974, une certification d’authenticité est réservée aux produits fabriqués manuellement selon les techniques et outils traditionnels dans l’archipel. Ces artisanats traditionnels sont définis selon cinq principes stricts : des articles principalement utilisés dans la vie quotidienne, un processus de fabrication réalisé à la main, une fabrication selon des techniques traditionnelles, des matières premières traditionnelles et une zone de production déterminée. A ce titre, il y a aujourd’hui 237 artisanats traditionnels désignés par le ministre de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie à l'échelle nationale

La région du Kansai, qui en concentre 37 différents dont 17 pour la seule préfecture de Kyoto, se situe sur la 2èmemarche du podium des régions regroupant le plus d’artisanats traditionnels sur ses terres, devancée de peu par la région du Kanto. De par son riche passé et la présence de trois anciennes capitales impériales, le Kansai dispose d’artisanat de tout type : textile (tissage, teinture, broderie, autres artisanats de fibres), céramique, laque, travail du bambou et du bois, travail du métal, autels et accessoires bouddhistes, papier washi, outils d’écriture et boulier, sculpture de la pierre, poupées traditionnelles. Impossible ici d’en dresser l'inventaire exhaustif sous peine de se perdre dans les méandres d’une liste rébarbative et peu efficace. 

C’est donc une sélection de techniques artisanales dont la notoriété dépasse peu ou prou les frontières de l'archipel que nous vous présentons ici à raison d'un artisanat par préfecture. Il n'y a plus une minute à perdre; découvrez dès à présent les artisanats d'exception du Kansai !

Préfecture de Shiga

  • Shigaraki-yaki (信楽焼)

Type de céramique fabriquée depuis l’ère Tenpyô (729-749) à Shigaraki, ville reconnue comme un Nihon Rokkoyo, l’un des six centres de production de céramique traditionnels les plus importants du Japon. Particulièrement résistante grâce à l’argile sableux du lac Biwa à partir duquel elle est confectionnée, elle présente des tonalités plutôt chaudes (orange à rouge). 

De nos jours, une grande variété d’objets du quotidien est réalisée selon cette technique : des pots à thé, des tuiles, des vases, de la vaisselle mais également des ornements.

  • Coopérative de l'industrie de la poterie de Shigaraki 
  • Adresse : 985 Shigarakicho Eda, Koka, Shiga 529-1811
  • Tél. : 0748-82-0831

Shigaraki-yaki

Shigaraki-yaki du 15ème siècle

Préfecture de Kyoto

  • Kyo-kanoko shibori (京鹿の子絞)

Le Kyo-kanoko shibori est une technique de teinture des étoffes par nœuds mise au point à Kyoto dans laquelle certaines parties du tissu sont nouées avec du fil puis plongées dans un bain de teinture pour créer des motifs. 

Ces derniers définis par la position des nœuds et leur serrage rappellent le pelage tacheté du faon ; les parties liées restant blanches. Une similitude qui transparait dans l’appellation même de la technique puisque "kanoko shibori" signifie littéralement "le serrage du cerf". 

kanoko-shibori

Manteau de prêtre bouddhiste sur lequel les petits cercles blancs ont été obtenus par kanoko shibori.

Parmi la cinquantaine de méthodes de shibori (teinture par nœuds), le Kyo-kanoko shibori est considéré depuis l’époque d’Edo (1603-1868) comme la plus élégante.

  • Coopérative de promotion du Kyo-kanoko shibori
  • Adresse : Kyozomekai 5F, 481 Toroyamacho, Nakagyo Ward, Kyoto, 604-8225
  • Tél. : 075-255-0469
  • Plus d'information sur le site de l'association

Préfecture d'Osaka 

  • Osaka-ranma (大阪欄間)

Dans les maisons traditionnelles japonaises, les ranma sont des panneaux sculptés en bois fixés entre les plafonds de deux pièces et placés au-dessus des fusuma (panneaux opaques coulissants). Ces éléments décoratifs domestiques en cèdre ou en cyprès ont toutefois une origine sacrée. 

Ils sont en effet apparus au début du 17ème siècle dans les temples et sanctuaires dans les régions de Kyoto et d’Osaka notamment au sanctuaire Hijiri construit en 1604 dans la ville d'Izumi et au temple Shitennoji reconstruit au début du 17ème siècle. Au cours du 18ème siècle, le ranma pénètre la sphère privée en devenant l’élément architectural indispensable des demeures des riches marchands d’Osaka tant pour ses qualités pratiques (ventilation et éclairage des pièces) que pour son aspect décoratif. 

Cette popularisation auprès de la classe marchande d’Osaka fit de la ville le principal centre de production dès le milieu de l’époque d’Edo (1603-1868). Sans compter que la ville pouvait s’appuyer sur la présence de nombreux grossistes en bois. Les artisans d’Osaka ont alors perfectionné la technique originaire de Kyoto ; la hissant à son plus haut niveau de qualité et d’exigence

Les types d’Osaka-ranma les plus fréquemment réalisés sont le chokoku-ranma et le sukashibori-ranma ; le premier étant un panneau sculpté reproduisant un décor en trois dimensions et le second présentant des motifs chantournés. 

  • Coopérative artisanale d'Osaka-ranma
  • Adresse : 1-4-26 Torikai Honcho, Settsu-shi, Osaka, 566-0052
  • Tél. : 072-646-8470

osaka-ranma

Les ranma sont des panneaux décoratifs en bois

Préfecture de Hyogo

  • Toyooka-kiryu-zaiku (豊岡杞柳細工)

La cité de Toyooka, située au nord de la préfecture de Hyogo, peut se targuer d’être la capitale japonaise du sac ! C’est ici, au cours de l’époque Azuchi Momoyama (1573-1603), que la vannerie de saule et de rotin appelée Kiryu-zaiku s’est muée en une véritable industrie artisanale reconnue à travers tout l’archipel. 

Ce type de vannerie était pourtant déjà pratiquée au Japon depuis 2000 ans comme l’atteste le Tajima no Kunisan Yanagibako, une boîte en saule tressé datant du 1er siècle qui figure parmi les trésors conservés au Shōsō-in, la maison du trésor du Tōdai-ji à Nara. 

Mais au 17ème siècle, le kiryu-zaiku a reçu ses lettres de noblesse à Toyooka grâce au travail de promotion et de protectorat en sa faveur mené par la famille Kyogoku qui dirigeait alors le domaine. Le clan était si actif qu’il parvint à faire de la ville, le centre de production exclusif de cet artisanat. De plus, les artisans locaux pouvaient compter sur une abondante matière première ; le saule salix koriyanagi s’épanouissant parfaitement sur les bords de la rivière Maruyama. 

Toyooka-kiryu-zaiku

Paniers Toyooka-kiryu-zaiku

Aujourd’hui encore, paniers, sacs, corbeilles, valises et boîtes sont produits à Toyooka selon les techniques d’origine à savoir six types différents de tissage de base, 33 types de tissage intercalaire et 18 finitions différentes.

  • Coopérative de la préfecture de Hyogo
  • Adresse : 1362 Akaishi, Toyooka City, Hyogo 668-0801
  • Tél. : 0796-23-3821

Préfecture de Nara

  • Takayama chasen (高山茶筌)

De longues heures de découpe minutieuse d’un morceau de bambou en une centaine de pièces pour à peine quelques secondes d’utilisation… Voilà le contraste saisissant qu’offre cet artisanat de la préfecture de Nara : le Takayama chasen. Composé de 60 à 240 fines pièces de bambou taillé selon les modèles, le Takayama chasen est un petit fouet utilisé dans la cérémonie du thé pour mélanger l’eau au thé en poudre de manière uniforme. Le fils cadet du seigneur du bourg de Takayama dans la ville d’Ikomi aurait imaginé et créé le chasen à la demande du fondateur du chanoyu lui-même, Murata Juko (1423-1502)

Les artisans de Takayama qui fabriquent 90% des chasen de l’archipel sont en mesure de produire 120 types de fouets différents pour répondre aux exigences des écoles de thé et aux spécificités de chaque type de thé. 

Sachez que les Takayama chasen ne sont bien souvent utilisés qu’une seule et unique fois ! Les chasen devenus inutilisables sont alors brûlés dans les temples bouddhistes lors d’une cérémonie annuelle appelée chasen koyō. Un véritable savoir-faire vieux de 500 ans au service de l’éphémère !

  • Coopérative de production de Takayama Chasen de la préfecture de Nara
  • Adresse : 6421 Takayamacho, Ikoma City, Nara 630-0101
  • Tél. : 0743-71-3808
  • Plus d'information sur le site de l'association

takayama-chasen

Takayama-chasen

Préfecture de Wakayama

  • Kishu Tansu (紀州簞笥)

La ville de Wakayama est le centre de production de meubles sophistiqués, réputés pour leur durabilité et leur ornement : les Kishu tansu. Ces meubles de rangement (coffres, armoires et placards) sont en bois de paulownia, un arbre originaire de Chine et de Corée aux teintes jaune pâle. 

L’existence de cette technique traditionnelle de menuiserie est attestée dès les années 1830-1840 ; date à laquelle les Kishu tansu étaient alors utilisés comme dot pour la mariée

kishu-tansu

Kishu-tansu de Wakayama (détail)

S’il fallait une preuve supplémentaire de la grande qualité des Kishu Tansu, ce serait l’emploi de ces meubles dans le réameublement du château de Wakayama en 1850 suite à l’incendie de 1846 dans lequel la plupart du mobilier avait disparu. 

  • Coopérative de production de Kishu-tansu de la préfecture de Wakayama
  • Adresse : 23-23 Nanchicho, Wakayama, Wakayama 640-8511
  • Tél. : 073-435-1233
  • Plus d'information sur le site de l'association

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Forge Katia à shinken

Bonjour Concernant l’art et l’artisanat pouvez vous me guider ou m’orienter sur les forges ou haut lieu de fabrication de Katanas shinken Merci bien..